Home Vanlife : mode d'emploi Assurer son fourgon aménagé

Assurer son fourgon aménagé

Écrit par Le Van Migrateur 16 octobre 2018
Assurer son fourgon aménagé
14 min de lecture

Assurer son fourgon aménagé peut amener à plein de questions et de craintes. On se demande toujours si on a bien envisagé tous les cas de figure, si on sera assuré en cas de dommages sur nos aménagements, etc.

Plusieurs aspects sont à prendre en compte. Dans cet article, nous allons vous aider à savoir comment bien choisir son assurance, en en comparant quelques unes. Bien-sûr, le travail de comparaison ne pourra jamais être mieux fait que par vous-même. Pour obtenir un prix et un accord d’assurance, beaucoup de choses entrent en compte : l’année de mise en circulation du véhicule, vos malus, vos bonus, votre éventuelle ancienneté chez votre assurance, etc.

On s’est amusé à jouer les enquêteurs au téléphone avec plusieurs assurances, pour assurer notre fourgon récemment (ré)aménagé. On a joué plusieurs rôles : le vanlifer avec un fourgon aménagé homologué, celui avec un fourgon aménagé mais non homologué, le vanlifer qui vivra à l’année dans son fourgon mais sans domiciliation, celui qui a une domiciliation chez ses proches, etc. Et on a réussi à obtenir des informations de plusieurs assurances ! Quelques unes ont refusé sans rendez-vous à l’agence… Mais on s’est surtout rendu compte d’une chose : plus on est ancrés dans la vanlife, moins notre choix d’assurance sera large.  

Sommaire

Les différents profils de vanlifers

En premier lieu, nous pouvons séparer tout de suite 2 catégories de vanlifers : ceux qui ont un fourgon aménagé homologué et ceux qui ont un fourgon aménagé non homologué (ce qui est tout à fait possible, cf notre dossier très complet sur l’homologation).

Ensuite, voici les cas les plus répandus de modes de vie en van :

Les poids lourds

Un PTAC supérieur à 3,5 Tonnes classera le véhicule dans la catégorie des poids lourds. Tout de suite, cela devient plus compliqué de faire assurer un poids lourd aménagé, qu’il soit VASP ou non. Nous ne parlerons pas du tout de ces cas ici, on se consacre uniquement aux fourgons de moins de 3T5. Un fourgon au PTAC inférieur ou égal à 3T5 ne posera pas de souci spécifique auprès des assurances. Bien entendu, c’est loin d’être le seul critère à prendre en compte. Disons que c’est simplement une mini barrière que l’on peut déjà retirer !

Les grands voyageurs

Assurer son fourgon aménagé

Les vanlifers qui voyagent plus de quelques mois à travers l’Europe (nous n’aborderons pas ici les assurances d’autres continents/pays) vont être confrontés à la problématique de l’assurance au long terme en dehors de la France. C’est une grosse barrière qui vous permettra de faire rapidement le tri parmi toutes les assurances ! Certaines assurances ne veulent pas assurer au-delà de 3 mois, d’autres au-delà d’un an (sous certaines conditions). Les seules solutions pour « parer » ce maximum d’un an sont de prendre une assurance dans chaque pays que vous visitez, ou de revenir quelques jours en France tous les 3 mois. Vous allez nous dire, comment l’assurance sait qu’on est partis ? On peut l’appeler en cas de sinistre et dire qu’on est là que depuis 2 mois alors qu’on est en voyage depuis plus de 6 mois … Méfiez-vous, une fausse déclaration peut vous coûter très cher !!!

Les petits voyageurs

Pour ceux qui ne partent que pour quelques semaines ou pour les weekend, assurer votre fourgon ne devrait pas être trop difficile. Bien-sûr, certaines choses seront à prendre en compte : est-il homologué, avez-vous une résidence principale, vivez-vous dans votre van en dehors des voyages et sur un terrain reconnu ou en camping sauvage ? Dans chaque cas, de nombreuses choses sont à prendre en compte. Et il vaut mieux bien réfléchir à ce que vous souhaitez dire (ou pas) à l’assurance, pour être couverts dans toutes les situations …

Les vanlifers à l’année

Vivre à l’année dans son van est peut-être la condition la plus difficile pour obtenir une assurance… En plus, il y a plusieurs situations parmi ceux qui vivent à l’année dans leur fourgon :

  • Ceux qui ont une domiciliation chez des proches (famille, amis) et qui sont donc intégrés au sein d’un foyer fiscal
  • Ceux qui ont une domiciliation dans un organisme dédié
  • Ceux qui n’ont aucune domiciliation (assurance impossible dans ce cas …)

De nombreuses assurances refusent catégoriquement l’assurance d’un camping car, sauf certaines conditions. Par exemple, la MACIF refuse catégoriquement d’assurer un camping car (ce sont leurs thermes, mais on parle ici d’un fourgon aménagé et homologué en VASP caravane) en résidence principale. Pour pouvoir assurer un camping car chez eux en sachant qu’on dormira tout le temps dedans, il faut avoir une résidence principale en contrat chez eux et/ou assurer que l’on dormira dans des endroits sécurisés : camping, terrains privés, etc. Vivre à l’année dedans en parcourant la France en camping sauvage n’est pas du tout assurable chez eux … Et dans la plupart des assurances.

Pour ceux qui vivent à l’année dans leur fourgon en France métropolitaine et qui ont la chance d’avoir une domiciliation pourront être assurés auprès de la plupart des assurances en faisant passer ça pour un très long voyage … Mais encore une fois, cela dépend vraiment de votre assurance ! Par exemple, Allianz le fera sans soucis, contrairement à la MACIF …

Les cas sont tellement nombreux ! Vous vous doutez bien qu’on ne peut pas tous les envisager. Les cas que nous prendrons en compte dans cet article seront :

  • Les grands voyageurs
  • Les petits voyageurs
  • Les vanlifers à l’année qui sont domiciliés auprès d’un organisme ou au sein d’un foyer fiscal (ce qui revient pratiquement au même, sauf qu’avec l’organisme vous n’aurez pas de logement principal …)

Par où commencer ?

Avant toute chose, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de l’assurance de vos parents ou la votre, si vous avez déjà ouvert des contrats chez eux anciennement ou actuellement (appartement, maison, biens de loisir, véhicule). Souvent, une assurance chez qui vous êtes déjà depuis plusieurs années sera moins frileuse pour assurer un fourgon aménagé. Eh oui, en jouant nos petits rôles de vanlifers en détresse d’assurance, on s’est rendu compte que c’était vraiment compliqué d’intégrer une nouvelle assurance avec un mode de vie marginal ! Bien-sûr, si vous vous voulez assurer votre fourgon aménagé VASP en camping car seulement pour partir en vacances ou en weekend et dormir sur des campings, tout va bien… Mais dés qu’on sort un peu des clous, tout se complique !

Si vous partez vraiment de 0, n’allez pas sur les comparateurs… Ils vous enverraient sur de fausses pistes (surtout si votre fourgon est aménagé et non homologué et que vous ne comptez pas l’homologuer). L’assurance d’un camping car ou d’un fourgon aménagé mais avec une carte grise CTTE est bien trop spécifique, vous devez vous entretenir avec un conseiller pour qu’il vous aiguille et réponde à TOUTES vos questions. Des solutions existent dans certaines assurances pour pouvoir protéger l’intégralité de vos équipements, alors que d’autres n’ont aucun forfait mis en place pour ce genre de situation.

Nous vous conseillons donc de préparer une liste de questions à poser et de consacrer une demie journée pour appeler les assurances de cette liste (nous avons déjà fait un premier tri, car quelques assurances refusent catégoriquement l’assurance d’un véhicule léger avec un PTAC inférieur ou égal 3T5 si nous n’avons pas de contrat chez eux).

  • MACIF
  • MAIF
  • MAAF
  • GMF
  • MATMUT
  • GROUPAMA
  • Votre assurance à vous

Il faudra, avant de vous lancer tête baissée dans l’appel des assurances, bien réfléchir à vos besoins et envisager tous les cas d’incident et de sinistres possible pour être sûrs que ce sera bien pris en charge.

Si votre fourgon est homologué camping car, vous avez quelques solutions supplémentaires, en plus des grands acteurs de l’assurance cités ci-dessus. En effet, il vous est possible de faire appel à un courtier spécialisé ou à une association. Attention, cela ne vaut QUE pour les fourgons homologués en VASP Caravane !

  • AMV
  • MFA
  • Matmut
  • FGP
  • Quattro Assurances

Les questions à poser aux assurances pour bien comparer

Dans un premier temps, définissez bien votre profil. Quand vous appellerez votre assurance, ou une nouvelle assurance, la première chose à faire sera de leur lister tous les éléments pour lesquels vous aurez coché OUI. Ce sont vraiment des éléments importants à prendre en compte, car un accident dans un fourgon aménagé peut arriver de jour comme de nuit, à l’arrêt comme en roulant. La liste des questions sous forme de tableau est disponible dans notre manuel du fourgon aménagé. Lorsque vous aurez en ligne une assurance qui accepte votre profil, il est temps de lui poser toutes les questions qui vous passent par la tête. Pour vous donner un fil directeur, quelques idées de questions sont présentes dans notre manuel : il y en a pour les fourgons homologués et les fourgons aménagés non homologués.

Nous nous sommes renseignés pour vous 

Comme on vous l’a dit un peu plus haut, on a fait nos enquêteurs directement au téléphone avec plusieurs assurances. Et en plus des informations que nous avons eues au téléphone, quelques vanlifers nous ont bien aidé en répondant au sondage que nous avions posté sur le groupe d’entraide Vanlifers autour du mondeD’ailleurs, voici en chiffres où sont principalement assurés les vanlifers :

Assurer son fourgon aménagé

Et voici des précisions sur quelques unes des assurances :

La Macif

Ils n’assurent pas un fourgon en tant que résidence principale. Pour pouvoir assurer un fourgon homologué Camping Car chez eux, il faut avoir une résidence principale déjà à notre nom, ou du coup se faire assurer sur le contrat d’un proche …

Pour un fourgon homologué : Aujourd’hui, on paie 574 euros à l’année en fourgon aménagé mais non homologué. Homologué, on paiera un peu moins cher. Par contre, si on passe en contrat caravaning, ce ne sont pas les mêmes conditions. Comme on n’a pas de résidence principale, ils estimeront qu’on vit dans notre van, et refuseront donc de nous assurer. Sauf si on passe sur l’assurance de nos parents, qui ont eux une résidence principale et que nous déclarons vivre chez eux, comme on a dit plus haut.

Ils nous ont également précisé qu’on n’aurait pas besoin d’indiquer si on change les aménagements car si c’est VASP, ils se fiche un peu de savoir pourquoi. C’est toujours mieux de spécifier s’il s’agit de gros changements, comme l’ajout d’un équipement (chauffe-eau, ajout de gaz, etc.). Mais si c’est changer deux meubles de place, ne vous embêtez pas ! D’ailleurs, ce sera partout pareil … En cas de sinistre, il faut garder tous les justificatifs d’achat et d’homologation. En cas de gros sinistre, un expert interviendra donc il saura forcément si de gros changements ont été effectués (merci le dossier DREAL)… Dans le cas d’ajout d’un équipement au gaz par exemple, il est mieux de repasser la qualification Véritas ou Qualigaz.

Pour un fourgon non homologué : on peut assurer nos équipements au titre de nos bien. Et ça, toutes les assurances ne le font pas ! Il y a plusieurs formules avec des garanties qui commencent à 1000 euros. Pour pouvoir souscrire à un tel contrat, il faut absolument toutes les factures.

Pour les petits voyages en France et en Europe : on est couverts pour un an maximum à partir du moment où on garde une adresse postale en France. Pour prolonger l’assurance, il suffit de refaire un petit séjour en France puis de repartir … Mais chut ;).

Pour les grands voyages : si on vit dans notre fourgon aménagé en camping car (et donc homologué comme tel) autour de l’Europe pendant plusieurs mois et en dormant hors camping et autres lieux sécurisés, la MACIF refuse catégoriquement l’assurance, à part si on a une résidence principale (donc on a le droit de partir plusieurs mois dans les règles à condition d’avoir un appartement ou une maison assuré à notre nom chez eux … La logique s’il-vous-plaît ?). Une solution alternative est de faire assurer le fourgon aménagé et homologué sur l’assurance de vos parents, qui ont eux une résidence principale. Cela vous permettra de partir avec toutes les garanties pendant un an maximum (si vous voulez partir plus longtemps, il faudra revenir en France quelques semaines au bout d’un an avant de repartir). Bon, si votre fourgon n’a pas besoin d’être homologué, et donc ne l’est pas, vous êtes tranquille ! Comme quoi, il y a bien des avantages et des inconvénients à cette homologation ..

Allianz

Pour un fourgon homologué : cela est moins cher en fonction de plusieurs critères (modèle, année de mise en circultation, etc.)

Pour un fourgon non homologué : il est possible de faire assurer sur matière dangereuse (fuel ou mazout). Cela augmente le tarif de 10 euros par mois, et ne nécessite pas forcément une certification Gaz. Assez pratique quand on ne veut pas faire homologuer notre fourgon !

Pour les grands voyages : 3 mois maximum avec toutes les garanties, au-delà on a que l’assistance juridique. On décommande donc aux grands voyageurs … Si on veut vivre dedans à l’année, c’est possible mais seulement en France et à condition de faire passer cela pour un très long voyage. On peut dormir où on veut, pas forcément dans un camping.

Maaf

Ils refusent tout nouveau contrat de fourgon homologué en camping car pour un long voyage … Par contre, un nouveau contrat que pour les weekends c’est bon, mais il faut se rendre à l’agence. Ils refusent de donner des informations par téléphone. Ils n’ont pas l’air d’avoir besoin de nouveaux clients ceux-là !

 

Petite note : si vous avez fait homologuer votre van aménagé, félicitations ! Vous êtes maintenant officiellement un camping car aux yeux de toutes les assurances. Avec les avantages et les inconvénients que cela implique ! Un petit aperçu ? 

Avantages

  • Vous paierez moins cher votre assurance à l’année
  • Tout votre aménagement sera assuré à 100%

Inconvénients :

  • Vous êtes un camping car, pour certaines assurances il vous faudra assurer une résidence principale sur le même contrat, sinon ils considéreront que vous vivez dans votre CC et vous refuseront ! Retour sur l’assurance de papa et maman ?
  • C’est un peu plus compliqué de le faire assurer pour les longs voyages en Europe qu’un simple fourgon avec une carte grise CTTE
  • Comment parer à ces inconvénients ? Faire des aménagements qui ne nécessitent pas d’homologation, et assurer votre aménagement en tant que biens personnels si votre assurance propose ce forfait (plus d’informations sur notre guide de l’homologation)

Le but de cet article n’était pas de vous donner THE assurance dans laquelle il faut absolument aller. Malheureusement, elles ont toutes le même objectif : dépenser le moins possible et avoir le plus de clients. Il va falloir que vous compariez, que vous fassiez le bon choix en fonction de VOTRE situation, de VOTRE véhicule et de VOS besoins. On vous a donné toutes les cartes en mains pour le faire !


Retour à la page d’accueil
Voir nos autres sujets sur la vie sur les routes
Voir nos autres sujets sur la vanlife : mode d’emploi

Vous aimerez aussi

2 commentaires

Sab 26 décembre 2018 at 14 h 19 min

Je savais bien que ça avait l’air relou mais avec ce que vous décrivez, ça me parait être encore pire haha ! Cela dit, vous avez bien dégrossi le sujet et je vous en remercie car il y a peu d’infos à ce sujet sur les blogs et on est vite perdu.

Reply
Le Van Migrateur 26 décembre 2018 at 15 h 32 min

Ahah, ce n’était pas le but ! 🙂

Reply

Laisser un Commentaire