Home Vanlife : mode d'emploi Être nomade et gagner sa vie : retour sur notre saison d’été

Être nomade et gagner sa vie : retour sur notre saison d’été

Écrit par Le Van Migrateur 24 octobre 2018
Être nomade et gagner sa vie
6 min de lecture

Être nomade et gagner sa vie est une question qui a de multiples réponses … Et nous testons deux possibilités à la fois : les saisons et le travail à distance en ligne ! Dans cet article, on vous fait un retour sur notre saison d’été dans un camping landais. On a la fois adoré et détesté ! Et le pire, c’est qu’on y retourne …

Travailler un été en camping, pourquoi pas ?

Être nomade et gagner sa vie

Et si on quittait tout pour découvrir les Landes pour une saison ? Peut-être qu’une semaine à la plage par an ne nous suffit plus ?
Pour beaucoup de gens et y compris nous, faire une saison d’été est devenu une solution possible pour vaincre ses peurs et ses questionnements face à la morosité du travail classique en ville. Quatre mois passés dans une minuscule station balnéaire spectaculaire, surf à l’océan chaque jour, soirées houleuses presque tous les soirs et bien ça change un peu la vision de la vie… On dirait le paradis, n’est-ce pas ? Et bien ça y ressemble presque, mais ce paradis a un prix ! Car la réalité de faire une saison d’été sous le soleil landais ce n’est pas si simple… Pour commencer, il faut être opérationnel dans son job très rapidement, eh oui, 4 mois ça va très vite ! Ensuite travailler dans un camping peut être affectant mentalement et physiquement, avec de longues heures de travail, des vacanciers exigeants, des bas salaires et un hébergement sur son lieu de travail. Cependant, avec du courage et une envie de découverte, faire une saison fut peut-être l’une des meilleures décisions prise par Luce et moi. Enfin, il faut savoir que le  combo soleil-plage non stop pendant 4 mois, ça aide un minimum quand même !

Une saison à Contis Plage

Être nomade et gagner sa vie

Pourquoi faire une saison en bord de mer ? Si au départ le paysage ne suffisait pas pour nous permettre de faire nos valises et de nous diriger en van vers les Landes, alors peut-être que la perspective d’heures de travail flexibles, donnant suffisamment de temps pour faire du surf, bronzer et se faire de nouveaux amis allait nous faire changer d’avis.

Même si on savait que de vivre à la plage durant l’été n’était pas la solution la plus économique avec le soleil, les cocktails, les glaces à l’italienne et tout le reste, qui peuvent rendre fou un petit porte monnaie de saisonnier vanlifer, on s’est rendu compte durant ces quatre mois, que cette vie de saisonnier fut considérablement moins coûteuse que l’on ne l’avait imaginé. Sur la durée de mon contrat de travail, mon employeur nous offrait la location d’un emplacement pour le van à un bas prix, la gratuité pour l’utilisation toutes les infrastructures du camping et pleins d’autres avantages secrets… Grâce à ces dépenses en moins pour le porte-monnaie, nous avons pu nous faire plaisir en investissant dans des surfs, des longboards et profiter des bons restos du coin. On a également noué de nouvelles amitiés avec des personnes des quatre coins d’Europe et de tous les horizons. Certains d’entre eux resteront amis pour les années à venir ! 

La saison vue par PF

Être nomade et gagner sa vie

Intense, pour moi, c’est le mot de cette saison d’été en tant que travailleur au camping.

La répétition et la charge de travail a joué sur mon physique, avec certes du bronzage, mais aussi une perte de poids notable. Résultat à la balance : moins 6 kilos ! Ensuite, les nerfs furent aussi mis aussi à l’épreuve. Eh oui, travailler et vivre dans le même endroit ce n’est pas si simple, car on déconnecte moins lors des repos. Mentalement, il est aussi très difficile de travailler pendant que les autres sont en vacances, mais c’est le paradoxe du saisonnier ! Invariablement, malgré mes longues heures de travail, j’ai essayé de profiter de la plage, du surf, des amis et de faire la fête autant que possible pendant mon temps libre. Atteindre le point de d’équilibre entre le boulot et les loisirs fut épuisant, mais enrichissant, tant sur le plan amical que sur la connaissance de moi-même et de mes limites. Je peux même vous garantir maintenant que ce rythme de vie n’est pas tenable plus de 4 mois. Mais vous ne l’apprendrez qu’en réalité en tentant l’expérience !

La saison vue par Luce

Être nomade et gagner sa vie

La saison a sûrement été beaucoup moins dure pour moi … J’ai gardé mon boulot dans le digital, à distance donc, et n’avait pas le côté stress et physique que PF a pu avoir. J’avais la possibilité d’aménager mes horaires, et donc d’aller au surf quand les conditions étaient les meilleures, et de m’adapter à l’emploi du temps des autres saisonniers quand nous voulions faire quelque chose ensemble. Mais j’ai vu PF, tous les jours un peu plus fatigué … C’était une expérience à faire, mais le rythme en saison est vraiment intense. On faisait très peu de choses ensemble, malgré le cadre paradisiaque. C’est justement ce cadre qui nous donne envie de revenir, mais une chose est sûre : PF a choisi un boulot un peu moins intense physiquement parlant !

Bilan de fin de saison

Tout d’abord, il faut savoir qu’un minimum de préparation est recommandé pour passer une agréable saison. Il faut arriver avec de la motivation, une grande sociabilité et beaucoup d’heures de sommeil d’avance au compteur ! Ensuite, il est nécessaire de checker la situation géographique de la station balnéaire dans laquelle vous partez. En vérifiant ses points d’intérêts par exemple. Pour notre cas, l’océan atlantique, la possibilité de pratiquer le surf, les randonnées et les grands espaces pour Laskar était important pour nous. Parallèlement, il est indispensable de choisir un emploi correspondant à ses attentes pour s’épanouir professionnellement. Puisqu’avant de profiter d’un cadre de rêve, nous sommes là pour un job quand même ! Et si vous avez peur d’un possible mal du pays, emmenez des amis, votre moitié ou même votre animal de compagnie. Enfin, sachez qu’une fin de saison est synonyme de souvenirs plein la tête, d’une fatigue certaine et d’une énorme envie de retrouver les amis et la famille.

Vous aimerez aussi

1 commentaire

Claire 25 octobre 2018 at 17 h 11 min

super retour d’expérience, hâte de lire la suite !!

Reply

Laisser un Commentaire