Home Aménager son fourgonGuide de l'aménagement : tout savoir sur ... Réfléchir au circuit d’eau de son fourgon aménagé

Réfléchir au circuit d’eau de son fourgon aménagé

Écrit par Le Van Migrateur 20 janvier 2019
Imaginer le circuit d'eau de son fourgon
12 min de lecture

Le circuit d’eau en fourgon aménagé constitue un vrai pôle de réflexion (comme tous les pôles, vous me direz). Même si le principe est fondamentalement simple, que les équipements sont plutôt toujours pareils et qu’il n’y a rien de vraiment compliqué dans l’installation, il vaut mieux bien réfléchir à plusieurs choses : l’autonomie que l’on souhaite avoir, le budget que l’on souhaite consacrer à ce pôle, etc. Réfléchir à son circuit d’eau, c’est aussi réfléchir au fait de vouloir ou non un chauffe-eau, de vouloir ou non une douche, etc. Bref, on ne vous spoile pas, place aux explications !


Que prendre en compte pour le circuit d’eau de votre fourgon aménagé?


humidity


Comme dans tous les phases de l’aménagement, les choses à prendre en compte pour la création d’un circuit d’eau sont :

  • L’autonomie recherchée (combien de litres je veux)
  • L’espace de stockage disponible (la taille de mes réserves)
  • L’utilisation que je ferais du van (occasionnel, saisonnière ou intensive)
  • Le budget

Avant d’aller plus loin, on va voir plusieurs types d’installation: les systèmes permanents avec les réservoirs d’eau fixe (cuves) et les systèmes mobiles avec les jerricans. Cependant, quelque soit le circuit choisi, il est important de toujours prévoir un système pour stocker les eaux usées afin de ne pas les évacuer n’importe où !

L’autonomie en eau en fourgon aménagé



Il y a 3 choses qui déterminent l’autonomie de l’aménagement que l’on fera:

  • L’électricité
  • Le gaz ou autre source d’énergie ne nécessitant pas d’intervention extérieure
  • L’eau

Si vous voulez pouvoir partir à la conquête du monde sans vous arrêter dans un camping tous les deux jours, voire tous les jours, c’est sur ces trois éléments qu’il faudra réfléchir. Il est possible d’avoir un fourgon totalement autonome, et que vous n’ayez JAMAIS besoin de vous arrêter dans un camping. On en est la preuve vivante. Mais on n’a rien sans rien, et pour ça il faut réfléchir (oui oui, l’aménagement de fourgon, c’est beaucoup de réflexion, et un peu de plaisir).

Quelle quantité d’eau choisir de stocker ?

Si vous ne souhaitez pas passer le plus clair de votre temps à chercher une borne ou un endroit pour remplir votre eau, il va falloir réfléchir à l’autonomie (en nombre de jours) que vous souhaitez avoir. Et ça, ça dépend de pas mal de choses (mais principalement de vous, et de votre cuve).

Pour vous donner une petite idée sur la consommation moyenne d’eau d’un vanlifer, voici quelques exemples. Nous partons du principe que ces consommations sont basées sur un circuit ayant de quoi stocker de l’eau (jerrican ou cuve), une douche et de quoi faire la vaisselle. Voici donc quelques petites aides :

  • Vous pouvez aller lire notre article qui parle de la consommation moyenne des ressources d’un vanlifer
  • Une douche : environ 10L, si vous prenez votre temps. Ça peut vite monter si vous avez un équipement permettant d’avoir une eau chaude agréable ET une douche confortable. Ça peut aussi être moins, autour des 5L. De notre côté, ça varie entre 5 et 10L par douche, qu’on ne prend pas tous les jours (un jour sur deux quand même, on n’est pas fans des odeurs fortes)
  • Une vaisselle : 5L pour pleins de grosses vaisselle (sales et collantes), sinon on tourne plutôt autour des 3L quotidiens.
  • Remplissage des gourdes : on adore boire nos 1,5/2L d’eau quotidien. On peut donc compter 4L de remplissage de gourdes par jour ! + 500Ml pour Laskar (oui, on aime la précision)
  • Cuisine : on adore cuisiner aussi, accessoirement. De notre côté, on a la cuisine hebdomadaire de Laskar (faire bouillir le riz, les pommes de terre, les légumes et le poulet). On essaie d’utiliser la même eau pour tous les ingrédients, mais comme ils boivent beaucoup, la préparation peut nous demander environ 2L en tout. Et pour notre cuisine à nous, 1,5L quotidien en hiver et presque 0 en été (vive les salades).

Si on fait le calcul, on est donc à 91L par semaine au mieux, quand on fait super méga attention. Si on se tient à ce qui est écrit. C’est sans compter le lavage des mains, le brossage des dents, le petit coup de ménage, le rinçage de la tâche sur le t-shirt, le thé, le copain en été qui vient remplir sa gourde aussi, le lavage des cheveux, le lavage du chien qui s’est roulé dans le caca, etc. Bref, nous, on est plutôt à 200L par semaine si on additionne tout ça en plus du reste. Ça tombe plutôt bien d’ailleurs, car notre cuve fait 200L ! Quelle jolie coïncidence.

Vous l’aurez compris, choisir la quantité d’eau que vous souhaitez stocker ne dépend que de vous. On vous a donné notre exemple, mais tout peut changer en fonction de vos équipements, de votre manière de vivre, de si vous avez une douche ou pas, etc. Alors, à vous de calculer ! Si on peut juste se permettre de mettre notre petit grain de sel dans votre réflexion, notre expérience nous a montré que 10L quotidien étaient parfaits (et même beaucoup) pour un vanlifer “à la roots” et qu’un vanlifer “équipé” tournerait plutôt autour des 20L quotidien (s’il a une douche). Bon allez, on arrête et on vous laisse réfléchir.

Ah non, attendez ! Désolée, une dernière petite chose. Dans votre réflexion, vous pouvez prendre en compte le temps que remplir l’eau prend. Pour savoir tous les combien de temps max vous aimeriez le faire. Ça dépend de pleins de choses, mais imaginons la situation la plus classique : vous êtes dans un endroit que vous ne connaissez pas, pas de cimetière en vue (oui, astuce de vanlifer, il y a toujours de l’eau dans les cimetières. À condition d’être discrets et d’avoir des jerricans). Il va donc falloir chercher une borne (plus vous prendrez de l’expérience, plus ce sera rapide), une fontaine ou tout autre endroit susceptible de fournir de l’eau.

Avec Park4night : 5mn pour trouver + le trajet. Sans Park4night : ça peut vite prendre plusieurs heures. Prenez ça en compte dans votre réflexion ! Plus votre stock sera gros, moins souvent vous aurez à “perdre” ce temps. Je dis ça car ça a été très important pour nous, qui sommes passés de 60L à 200L. Quand on vit en van, tout prend plus de temps (la douche, faire à manger, enfiler une chaussette). Alors quand on vit ET travaille en van, c’est un peu l’esclavage de prendre 2h tous les 2 voire 3 jours pour remplir l’eau. Autant dire qu’on finit par ne plus prendre de douches. Enfin, encore une fois, on parle pour nous !

Voilà, là, j’ai vraiment fini. Enfin pour cette partie.

Le budget

Le budget est une chose importante à prendre en compte dans sa réflexion. Plus le circuit d’eau permettra d’être autonome et confort, plus il coûtera cher. Logique, non ?

Dans la partie suivante, vous allez voir les différentes possibilités d’installation, de la moins chère à la plus chère. Mais je peux d’ores et déjà vous dire que certaines choses font vite grimper la facture, comme :

  • Une bonne pompe à eau et son vase d’expansion (si nécessaire, le vase. Voir article sur le matériel nécessaire à une installation d’eau LIEN)
  • L’installation d’un chauffe-eau
  • L’installation d’un évier et d’une douche. Et plus cette installation sera évoluée, plus elle sera chère (robinet choisi, pommeau de douche choisi, bac à douche, évier, tuyaux, etc.)

En moyenne, installer l’eau dans son fourgon peut varier de 20€ (le prix de 2 jerricans blancs avec vannes intégrées) à 4 000 € (le prix des cuves, de la pompe, du filtre, des tuyaux, des raccords, de l’évier, du robinet, du pommeau de douche, du bac à douche, du bois pour construire la douche, du chauffe-eau homologable et installé par un professionnel, etc.). De quoi réfléchir un peu, non ?

Circuit d’eau simple ou complexe pour mon van?



Selon les budgets et les possibilités de chacun, il existe plusieurs solutions pour être totalement autonome en eau. Cette partie dépendra de chacun.

Les différentes solutions pour stocker l’eau

 Que vous ayez envie d’une installation simple et rapide ou d’une installation un peu plus avancée, vous aurez la possibilité de vous y retrouver. Voici les 3 solutions qui ressortent du lot selon nous :

Système 1 : La mise en place de jerricans en plastique alimentaires, équipés de vannes. Vous savez, les blancs transparents ? Ceux comme ça :

Circuit d'eau fourgon aménagé

Cela aura pour avantage d’éviter la contrainte de l’installation d’eau et de cuves.

De notre côté, nous savons que cette installation ne nous convient pas (essayé dans notre premier aménagement), car le transport des jerricans pleins est compliqué. Pour avoir une autonomie d’au moins 1 jour, 40L minimum sont nécessaires (avec rinçage, remplissage de gourdes, vaisselle, lavage de mains, etc. Plus simplement, avec juste un peu de vaisselle et de cuisine, 10L suffisent).

Système 2 : La mise en place d’un évier + jerrican.s avec un système de pompe plongeante. Cela aura pour avantage d’être un peu plus confortable pour la vaisselle, etc. En effet, il s’agira simplement du premier système amélioré. En plus, il est possible d’improviser un système permettant d’amener le tuyau de la source au jerrican directement.

C’est ce que nous avions pendant notre première année de voyage, et cela est tout à fait correct. Malgré tout, nous gardons la contrainte du transport des jerricans pleins, qui est parfois difficile à gérer (mais ça, c’est parce qu’on n’a pas été assez malins pour poser le van devant la source et amener le tuyau directement dans les jerricans). Nous devions aussi bien faire attention de reboucher les jerricans avant chaque départ pour éviter d’éventuelles inondations.

Circuit d'eau simple avec jerrican
Exemple de schéma d’installation

Système 3 : La mise en place de cuves d’eau avec un système de remplissage par trappe (comme la trappe pour l’essence). C’est ce que j’avais (Luce) lors de mon premier voyage en Australie, et nous n’avons jamais rencontré de problème d’approvisionnement.

Circuit d'eau fixe avec cuves et chauffe eau
Exemple d’un circuit d’eau complexe avec cuves et chauffe-eau

L’avantage indiscutable est la facilité de remplissage des cuves, qui ne nécessite aucun effort. Avec un tuyau de plusieurs mètres pour l’alimentation stocké dans le coffre, les difficultés sont rares. L’installation d’eau est permanente, et ne nécessite aucune surveillance particulière. C’est ce que nous avons installé dans Kirikou (on en parle dans l’article qui vous explique tout) et dans Caliméro (pour voir le circuit d’eau de Cali, c’est par ici).

Néanmoins, un inconvénient est à noter : il est difficile de se rendre compte du niveau des cuves  sans l’installation d’une sonde. Mais une sonde à installer, ce n’est pas ce qui est le plus compliqué !

Circuit d'eau fourgon aménagé

Que faire de l’eau sale ?

Pour la vidange, plusieurs solutions existent comme l’ajout de vannes simples. Si le réservoir est installé au milieu du véhicule, les vannes de vidanges guillotines sont parfaites pour déporter la commande d’ouverture. Il faut également noter qu’une cuve d’eau usées s’entretien pour prévenir notamment des mauvaises odeurs.





Circuit d’eau & homologation

Vous avez tout à fait le droit d’emmener votre fourgon au contrôle technique avec une isolation, un habillage et une installation électrique, panneaux solaires ou un système d’eau. Tant que vous ne respectez pas les 5 conditions pour être vu comme un camping-car aux yeux de la loi, vous pourrez passer votre contrôle technique avec la mention CTTE sur votre carte grise sans problème!

Concernant l’installation d’eau en elle-même, si vous pensez mettre plus de 100L (que ce soit eaux usées ou eau propre), la cuve devra être équipée de brise flots. Le stockage d’eaux usées doit être au moins égal à la capacité de stockage des eaux propres. Même si d’autres choses sont à prendre en compte, ce sont les principales.


Vous avez encore des questions ?

FAQ fourgon aménagé
  • N’hésitez pas à la ou les poser en commentaire de cet article directement . Nous y répondons tous les lundis avec précision et avec plaisir <3
  • Vous pouvez jeter un oeil à l’accompagnement à l’aménagement que nous proposons pour apporter une aide personnalisée au maximum d’entre vous
  • Retrouvez plein d’inspirations d’aménagement dans notre catégorie Aménagements Inspirants
  • Retrouvez notre ebook sur l’aménagement d’un fourgon
  • Nous essayons vraiment de répondre par email sur levanmigrateur@gmail.com, mais vous serez plus sûrs d’avoir une réponse en laissant un commentaire sur l’article ou la FAQ, c’est promis <3

Vous aimerez aussi

4 commentaires

Lysa 11 avril 2020 at 19 h 36 min

Salut à vous,
alors l’idée des réservoirs sous le chassis, j’adore l’idée, avez-vous un conseil au niveau de l’installation?
A quoi faut-il être spécialement attentif?

Reply
Le Van Migrateur 14 avril 2020 at 17 h 49 min

Bonjour Lysa,

Tout est dans l’article, nous expliquons l’installation pas à pas 🙂

Reply
marine rubio 14 octobre 2019 at 17 h 54 min

Bonjour,

Je suis en pleine aménagement de mon fourgon BOXER L3H2.
Je souhaite installer une partie salle de bain (toilette sèche précaire+petite douchette), une kichenette (sans gaz fixe), un lit amovible et une banquette/table pour manger. Est ce si la salle de bain ainsi que les rangements et la cuisine sont fixes cela m’oblige à le déclarer VASP ?
Merci par avance,

Reply
Le Van Migrateur 18 octobre 2019 at 22 h 45 min

Hello Marine,

N’hésite pas à aller voir notre FAQ 🙂

Reply

Laisser un Commentaire