Home Aménager son fourgonL'aménagement de notre Volkswagen rallongé La chambre multifonctions de notre fourgon

La chambre multifonctions de notre fourgon

Écrit par Le Van Migrateur 29 janvier 2020
Notre chambre multifonctions
24 min de lecture

La chambre … C’est un peu l’endroit sacré dans notre fourgon, avec la cuisine ! Oui oui, vous l’avez bien compris : manger-dormir est notre principale occupation ! Et puis, dans un si petit espace… Finalement, comme on le  dit souvent, on vit plus dehors que dedans. Ce qu’on a ajouté par rapport à Kirikou ? Un lit seulement semi-fixe et depuis lequel on peut regarder les étoiles. Il prend beaucoup moins de place que dans notre ancien van !

Chambre pour regarder les étoiles

Les étapes de fabrication de la chambre de notre fourgon

Avant de commencer à rentrer dans les détails, voici un résumé des étapes que nous avons réalisé :

  1. Vérification des côtes du lit par rapport au matelas, aux petites tables de nuit que nous voulons, au peigne, etc.
  2. Création des coffrages de passage de roues
  3. Mise en place de la structure
  4. Fabrication des tiroirs et de leur structure avec des gros tasseaux
  5. Une fois que tous les tiroirs sont fixés, création de séparations en CP de 5mm en fonction des contraintes présentes (tuyaux, etc.)
  6. Une fois que tout est terminé sous le lit : cuves, électricité, etc. on peut recouvrir le lit d’un grand Cp de 5mm, pour éviter que la poussière tombe dans le coffre
  7. Création des peignes

La particularité de notre lit

Notre lit a la particularité d’avoir deux peignes. Vous allez nous dire Mais, pourquoi 2 peignes, quel est l’intérêt ? En fait, il y en a un qui s’ouvre vers l’extérieur, pour pouvoir dormir la tête sous les étoiles et un qui s’ouvre à l’intérieur, pour donner au lit une plus grande longueur pour caser nos longues jambes. Il est possible d’ouvrir les deux peignes en même temps (même si cela a très peu d’intérêt).




Pourquoi un lit peigne ?

Dans Kirikou, notre précédent fourgon, nous avions un lit fixe de 1m90 sur 1m76. On l’adorait : on était super bien dedans, on dormait super bien. Bref, il était vraiment parfait. MAIS, après 1 an et demi à vivre dedans, nous nous sommes rendus compte qu’un lit fixe de cette taille n’était vraiment pas une configuration optimisée pour vivre 100% de notre temps dans notre maison sur roues. Nous avons donc réfléchi à plusieurs solutions pour Caliméro :

  • Un lit qui descend pour dormir, et qui monte pour laisser place à un salon : le système ne nous paraissait pas si compliqué que ça à réaliser, mais au vu de la configuration du fourgon (qui est justement une configuration fourgon et pas camping car), nous avions du mal à imaginer un système avec un visuel aussi terminé que dans les camping-car, qui sont beaucoup plus hauts et plus larges.
  • Un lit en hauteur : après l’avoir imaginé dans tous les sens, deux choses nous dérangeaient beaucoup avec cette configuration. C’était qu’il fallait laisser au moins 50cm de libre entre le matelas et le plafond pour la DREAL, ce qui avait pour résultat de nous laisser un salon dans lequel on serait presque recroquevillés pour manger, à la manière d’un H1. Comme on mesure 3 mètres, cette solution était inenvisageable pour nous. On avait aussi du mal à imaginer mettre en place ce système sans encombrer l’espace.
  • Une banquette en U : cette solution nous faisait sacrifier pratiquement tout l’espace du coffre, ce qui nous paraissait inenvisageable également.
  • Un lit peigne : c’est finalement la solution qui nous a paru la plus appropriée à nos contraintes. Cela permet d’avoir une partie de lit fixe, permettant de dégager de la place pour un coffre. Nous avons donc un lit fixe avec une partie (les pieds) amovible ! Voilà ce que ça donne en photo
Chambre pour regarder les étoiles
Lit peigne fourgon



Les étapes de fabrication de la chambre de notre fourgon



La prise de côtes

Si nous vous consacrons toute une partie à la prise de côtes, qui paraît pourtant évidente, c’est parce qu’il y a des choses auxquelles il ne faut pas oublier de penser. Chaque cas sera différent, nous allons donc vous parler du nôtre.

Dans notre coffre, nous savions qu’il y aurait

  • les cuves (200 L d’eau propre et 200 L d’eau sale, dont nous vous expliquons l’installation dans l’article dédié à ce sujet LIEN)
  • Le caisson de gaz (qui sert aussi de maintien au lit, dans notre cas) pour une bouteille de 13Kg
  • Une partie de notre électricité
  • Le chauffage
  • Les tiroirs
  • Le passage de roues

Les contraintes présentes

Nous savions aussi qu’il fallait faire en fonction des contraintes suivantes :

  • Les baies, que l’on voulait absolument des deux côtés de notre lit pour créer des courants d’air en cas de grosses chaleur, ne pouvaient être fixées qu’à une seule hauteur. Eh oui, on ne fait pas ce qu’on veut avec les renforts ! On a donc du les placer entre deux renforts
  • La hauteur du matelas (17cm), qui est un matelas classique
  • La hauteur du peigne

Il a donc fallu combiner dans notre réflexion toutes ces contraintes, pour en déduire à quelle hauteur nous allions fixer la structure du lit. Il ne fallait surtout pas qu’après la création du peigne, le matelas empiète sur les fenêtres. Nous avons aussi réfléchi à quelle hauteur seraient nos tiroirs, pour qu’ils puissent s’ouvrir même une fois les banquettes avec les mousses mises en place.

Les possibles problèmes en cas de mauvaise prise de cotes

Si nous vous parlons donc de la réflexion et de la prise de côtes, c’est que c’est L’étape la plus importante dans un aménagement de fourgon. Les plans 3D, c’est bien, ça donne une belle idée de ce que l’on veut. Mais les plans techniques sont autrement plus importants, avec la prise en compte de toutes les contraintes ! Si nous étions partis à l’aveugle, il aurait pu se passer plusieurs problèmes :

  • Le lit, matelas et couette mises, aurait pu se trouver au niveau de la moitié des fenêtres, ce qui aurait condamné la moitié des ouvertures et aurait rendu difficile leur ouverture (et merci la condensation en hiver)
  • Il aurait peut-être fallu enlever les banquettes pour pouvoir ouvrir les tiroirs
  • Le coffre à gaz aurait pu ne pas être assez grand pour y mettre une bouteille de 13Kg

On espère qu’on aura réussi à vous démontrer l’importance d’une prise de côtes sérieuse, et au millimètre !



La création des coffrages pour le passage de roues

La création du coffrage pour le passage de roues fait partie des premières étapes à réaliser avant la pose du lit. Viennent ensuite les étapes suivantes :

  • La pose des cuves
  • L’installation du chauffage
  • La mise en place des batteries
  • Le coffre à gaz

De cette manière, nous avons une visibilité complète sur les éléments qui se trouveront dans le coffre. C’est aussi le moment de vérifier les côtes, aussi bien en hauteur, qu’en largeur, qu’en longueur ! Comme on vous expliquait dans les articles de notre premier aménagement, il est important de placer les éléments (comme ceux annoncés plus haut) avant de les fixer, et d’effectuer quelques vérifications. Car même une prise de côtes sérieuse peut être victime de quelques erreurs, par ci par là !

Le matériel utilisé pour fabriquer le coffrage

Nous avons donc créée le coffrage pour le passage des roues avec :

  • Du contreplaqué de 5mm
  • Des tasseaux pour solidifier la structure
  • De la colle à bois
  • Des pointes
  • Quelques vis
  • De l’isolant
Coffrage du passage de roues

Et voilà le résultat ! Il est vraiment important d’isoler cette partie de l’aménagement, qui constitue un très gros pont thermique.



La création de la structure du lit

La structure du lit est composée de :

  • Un gros longeron, fixé aux deux murs opposés au niveau des portes arrières
  • La façade avant, en épicéa 3 plis de 15mm, qui repose sur les passages de roues
  • Trois gros longerons transversaux, qui rejoignent la façade avant en épicéa 3 plis
  • Deux tasseaux, qui relient la façade avant en épicéa 3 plis et le gros longeron du fond le long des deux murs  opposés
  • Un coffre à gaz

Tous ces éléments sont présents pour participer à la solidité du lit.

Bon, comme ça, c’est peut-être pas super clair … Voici donc ce à quoi la façade de lit ressemble, presque terminée :

Structure du lit peigne

Nous avons commencé par poser la façade avant du lit, celle où apparaît la forme des futurs tiroirs. Nous avons ensuite installé le tasseau du fond, sans le fixer tout de suite : nous avons d’abord vérifié que toutes les mesures étaient bonnes ! Une fois sûrs, nous avons placé les trois longerons du milieu, les tasseaux sur les côtés (fixés au mur, nous avons oublié de prendre une photo…) puis nous avons créée la structure des futurs tiroirs et y avons installé les glissières.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, la solidité du lit est bien amenée par le longeron fixé à la fois sur le coffre à gaz et sur les murs, la façade avant en épicéa 3 plis posée sur les passages de roues et fixée aux murs puis par les longerons transversaux. À ce stade, le lit était déjà assez solide pour qu’on puisse se promener dessus !

Comment avons-nous fixé la façade avant ?

La façade avant est fixée sur les murs grâce à des équerres en plastique et au passage de roues grâce à des équerres classiques :

Fixation façade avant lit fourgon
Façade avant lit fourgon

Comment avons-nous fixé les longerons sur la façade avant ?

Nous avons ajouté, en premier, sur la façade avant, un tasseau de 20×20, pour apporter de la solidité à la structure. Nous avons ensuite coupé l’extrémité du longeron en forme de L à l’aide de la toupie (outil de menuisier), afin qu’il puisse venir s’emboîter sur le tasseau :

Longeron façade avant fourgon
Longeron façade avant lit fourgon

Le petit écart que vous pouvez voir entre la façade avant des tiroirs et le tasseau ajouté a été calculé au millimètre pour pouvoir venir ensuite poser le contreplaqué de 5mm qui constitue le socle du lit.

La création des tiroirs et de leur structure

Maintenant que le squelette du lit est en place, et correctement en place par rapport aux mesures, que tous les éléments sous le lit sont fixés (cuve, chauffage, etc.) on va pouvoir entamer la structure des tiroirs et la fabrication de ces derniers, ainsi que la mise en place des séparations pour la solidification de toute cette installation. On vous explique ? C’est parti !




La création des structures pour les tiroirs

Nous avons créée ces structures avec des longerons solides pour que les tiroirs tiennent la route (et puissent supporter du poids). Nous n’avons pas créée de murs à proprement parler pour venir fixer les coulisses, à cause des contraintes qui se trouvaient dans le coffre (le chauffage, etc.). Nous avons donc fait du sur-mesure : des structure + des planches de contreplaqué de 5mm pour venir solidifier le tout à la fin.

Les longerons sont fixés sur la façade avant avec des équerres classiques :

Côté tiroir fourgon

Nous les avons assemblé entre elles avec des vis et de la colle à bois (cette dernière ajoute beaucoup de solidité à la structure).

Longeron façade avant fourgon

La structure la plus proche du mur est également fixée au mur grâce à des vis :

Vue du dessus tiroirs fourgon

La solidité finale vient se faire grâce aux planches de contreplaqué de 5mm que nous ajoutons :

Séparation tiroir fourgon

Pour des questions de facilité évidente, nous avons fixé les glissières galet avant que les structures soient définitivement installées dans le fourgon.

La création des tiroirs

La méthode de fabrication

Rien n’a changé chez l’artisan du voyage dans la conception des tiroirs depuis Kirikou, en mars 2018. Et pour cause : ça fonctionne très bien !

Nous avons crée deux tiroirs. Le troisième trou est une porte, qui elle donne directement dans le coffre, et cela pour une seule et bonne raison : ça évitait de sacrifier trop d’espace, qui aurait été inaccessible si nous avions créée une structure de placard ! Et, à l’usage, on confirme : c’est vraiment pratique.

Pour des soucis d’économie et d’écologie, nous avons utilisé pour les tiroirs des chutes de bois. C’est à l’intérieur, l’esthétique importe donc vraiment peu ! Voici un tiroir fini, avant la pose de la façade visible :

Tiroir fourgon

Les étapes de fabrication

Les étapes de la création d’un tiroir sont :

  • Prendre les mesures
  • Créer le tiroir
  • Installer les glissières
  • Mettre en place le tiroir, ajuster les glissières si besoin
  • Coller la façade avant sur l’avant du tiroir, pour des raisons esthétiques.

On vous explique ?

Découpe et prises de mesures

À ce stade-là, nous avons déjà pris toutes nos mesures. Il nous reste plus qu’à découper les planches de bois à la bonne taille et à les assembler. En fonction de ce que supporteront les tiroirs, nous avons mis des fonds plus ou moins épais.

Planches tiroirs fourgon

Assemblage des planches

Maintenant que vous avez vos 5 planches en main, il va falloir assembler les 4 planches du tour du tiroir exactement à la même forme que votre fond. Pour cela, on vous conseille de faire l’assemblage sur le fond de tiroir :

Tiroir fourgon

Finalement, la méthode d’assemblage est simple : colle à bois, puis vis, puis pointes. Il faut donc mettre de la colle à bois sur le champs, puis venir le coller et ensuite visser à la partie suivante, et ainsi de suite jusqu’à obtenir votre carré. Voici l’exemple de construction d’un tiroir de cuisine de A à Z (le principe est exactement le même) :

Colle tiroir fourgon
Tiroir fourgon aménagé
Construction tiroir fourgon

Une fois les côtés du tiroir réalisés, il faut venir lui coller le fond ! On utilise la même méthode d’assemblage : colle à bois, vis et on y ajoute des pointes pour que ce soit vraiment très solide.

Etapes de construction tiroir fourgon
Construction tiroir
Vis tiroir fourgon
Clou tiroir fourgon

Fixation des coulisses

Une fois le tiroir réalisé (il manque juste la façade), on va venir lui fixer les coulisses. Si ce sont des coulisses à galets (qu’on vous déconseille pour les fortes charges), vous pouvez fixer la partie sur le tiroir de manière indépendante. Si ce sont des coulisses à billes, il faudra venir les fixer directement à l’emplacement du tiroir :

glissière tiroir fourgon

Les finitions

 Une fois le tiroir fixé, testé et assez profond pour venir ensuite accueillir la façade (dans des soucis d’esthétique), il est temps de … Venir fixer la façade ! Nous avons utilisé de la colle à bois sur toute la surface avant du tiroir. Voici le résultat :

Tiroir fini fourgon

Pour terminer le tiroir, il faut venir lui fixer ses petits systèmes de fermeture. Nous avons choisi des systèmes de pousse lâche, qui permettent d’ouvrir le tiroir quand on appuie dessus, pour la plupart des tiroirs. Nous avons mis des aimants ultra puissants pour les tiroirs destinés à supporter une grande charge.

Système pousse lache tiroir fourgon

La mise en place est la même que celle des meubles hauts. On vous explique tout dans l’article consacré à la fabrication des meubles.

La porte

Pour la porte, le principe est très simple : nous avons utilisé la chute de bois découpé dans la structure avant du meuble, et l’avons fixée dessus grâce à des charnières (dont nous expliquons la technique de mise en place dans notre article sur les meubles hauts) :

Fixation tiroir fourgon



Création du peigne

Refermer le lit

Les cuves sont fixées, le coffre à gaz terminé, la structure du lit définitivement en place, les tiroirs installés, les petites séparation en contreplaqué de 5mm installées, les tuyaux de cuivre sont passés … Bref, tout est ok dans le coffre, on peut donc refermer !

Lit peigne fourgon
Aperçu lit fourgon

Nous voilà avec une base toute propre pour venir fixer le peigne !

Prise de mesures et création des lattes

Avant de commencer à fixer directement ce dernier dans le fourgon, nous avons pris les mesures et raboté toutes les lattes pour qu’elles soient parfaitement lisses, pour que le peigne fonctionne sans frictions.

Découpe latte lit fourgon Geoffrey

C’est l’étape la plus longue ! Une fois toutes les lames parfaitement rabotées, nous avons calculé les longueurs de celles qui resteraient fixes et de celles qui bougeront pour créer le lit peigne. Nous avons fait un test grandeur nature pour vérifier que les calculs étaient bons :

Test lattes lit peigne fourgon

Prise de cotes des lattes

Sur la photo, nous avons le lit peigne fermé. Une latte sur deux sera fixe, et donc dans toute la longueur (fixée à chaque extrémités et en son milieu sur des tasseaux fixes), et une latte sur deux sera séparée en son milieu pour être fixée à chaque extrémité à un tasseau amovible.

Construction lit peigne fourgon

Création du peigne final

Lors de la création du peigne, nous avons mis des cales de 5mm entre chaque latte, pour éviter qu’elles ne soient trop collées et que le peigne fonctionne mal.

Lit peigne en construction fourgon

Les lattes, fixes et amovibles, sont toutes fixées sur les tasseaux à l’aide de colle à bois ET de vis, pour (encore une fois) une solidité qui dure encore plus longtemps dans le temps.

Lorsqu’on a fixé nos lattes, on a vérifié pour les premières qu’elles étaient bien d’équerre avec le tasseau, pour éviter de se retrouver à la fin avec des lattes de travers et un lit qui ne fonctionne pas :

Lit peigne perpendiculaire fourgon

Avant de fixer chaque vis, nous avons fraisé les trous pour éviter d’exploser le bois : 

Fraiseuse lit peigne fourgon

Quelques explications du peigne plus imagées : 

Schéma lit peigne fourgon

Le peigne sera donc identique de chaque côté : une partie qui s’ouvre pour allonger le lit au niveau des pieds quand on veut dormir à l’intérieur, et une partie qui s’ouvre pour allonger le lit au niveau de la tête quand on veut dormir à l’extérieur ! Petite précision : les lattes fixes font 1m20 et les lattes destinées à bouger font 80cm chacune.

Et voilà, maintenant que c’est terminé, on peut tirer sur le longeron pour faire sortir toutes la partie amovible et allonger le lit : 

Test lit peigne fourgon







Vous avez des questions ?

FAQ fourgon aménagé
  • Vous pouvez consulter notre FAQ. Si vous ne trouvez pas de réponse à votre question, n’hésitez pas à la poser en commentaire. Nous y répondons tous les lundis avec précision et avec plaisir <3
  • Vous pouvez jeter un oeil à l’accompagnement à l’aménagement que nous proposons, si vous souhaitez être aidé dans le choix des matériaux et des équipements pour votre aménagement
  • Nous avons écrit un ebook complet, le Manuel du fourgon aménagé, dans lequel vous pourrez retrouver toutes ces informations ainsi que bien d’autres (homologation, choisir son assurance, choisir son fourgon aménagé, etc.)
  • Nous essayons vraiment de répondre par email sur levanmigrateur@gmail.com, mais vous serez plus sûrs d’avoir une réponse en laissant un commentaire sur l’article ou la FAQ, c’est promis <3

Vous aimerez aussi

8 commentaires

Thomas Delahaye 21 novembre 2020 at 19 h 49 min

BOnjour, et merci pour tout c’est tuto. J’ai acheté également vos manuels sur l’aménagement et l’électricité qui m’ont été très utiles. J’aurai une question. Je compte faire un lit peigne également, en partant sur votre fonctionnement. Je compte mettre dans le coffre en dessous mon coffrage de gaz (d’ailleurs j’ai révé ou il n’est pas collés à une paroie? les ouvertures sont sur les portes arrières? je n’ai pas compris pour l’homologation VASP comment en le mettant au milieu ca passe…) la cuve d’eau propre et l’électricité et le chauffe eau. La question que je me pose c’est comment rendre accessible tout ca si un moment il y a un soucis pour bricoler, sachant que j’ai le lit au dessus… C’est à ca que sert la porte dont vous parlez dans la facade?
Merci pour votre réponse car vraiment ca m’embête de ne pas pouvoir y accéder.

Reply
Le Van Migrateur 27 novembre 2020 at 9 h 14 min

Hello Thomas,

Tu peux mettre ton caisson de gaz n’importe où, grâce à son accès intérieur. L’ouverture n’est pas obligatoirement dans la carrosserie (d’ailleurs, je vois très très peu de fourgons aménagé par des particuliers qui ont l’ouverture du gaz ainsi). Et pour les aérations, elles peuvent se faire au sol (attention à ce que tu peux trouver sous le châssis, tu ne peux pas les fixer n’importe où). Pour rendre accessible tout ça, tu peux le faire via un placard à l’intérieur du fourgon (nous, par exemple, l’électricité est dans le coffre mais accessible via un placard dans l’aménagement) et/ou les rendre accessible quand tu ouvres tes portes arrières, en condamnant le coffre. Tu peux aussi décider de mettre tout ça dans une banquette qui s’ouvre.

Est-ce que ça répond à ta question ? 🙂

Reply
Dylan 5 juin 2020 at 11 h 40 min

Bonjour !
Merci pour les infos !
Les lattes sont en quel bois et quelle dimension ?
Je souhaite aussi faire un lit qui se déplie en plusieurs parties et souhaite être sûr de sa solidité ^^’
Une belle journée à vous !

Reply
Le Van Migrateur 8 juin 2020 at 16 h 24 min

Hello,

C’est du bois de récup, et les dimensions sont indiquées sur la photo 🙂
De notre côté, c’est bien solide. Mais ne pas oublier les cales pour poser le peigne !

Belle soirée

Reply
Thomas Sabat 12 février 2020 at 23 h 35 min

Bonjour,

De quelle la manière la partie amovible du lit intérieure (80cm) est elle soutenue ?

Comment avez vous pu caler le lit en mode canapé sur la première photo ?

Merci beaucoup !

Reply
Le Van Migrateur 13 février 2020 at 14 h 54 min

Bonjour Thomas,

Le lit n’est pas réellement en mode canapé, c’est simplement le bout de matelas qu’on cale sur le peigne ouvert que l’on a positionné contre les portes arrières 🙂

Elle est soutenue par une cale et par le meuble d’électricité à l’intérieur, et sera soutenue par des tendeurs dans les boucles de portes pour la partie extérieure.

J’espère que c’est assez clair !

Reply
Benjamin 11 février 2020 at 10 h 24 min

Bonjour et merci pour ce Tuto! Mais j’aimerai avoir les dimensions des longerons, est-ce possible ?

Reply
Le Van Migrateur 11 février 2020 at 14 h 02 min

Notre lit fait 140cm sur 170 ! Après, les longerons vont dépendre de ce que tu as besoin 🙂

Reply

Laisser un Commentaire