Home Vanlife : mode d'emploi La vie de chien en voyage : Laskar témoigne

La vie de chien en voyage : Laskar témoigne

Écrit par Le Van Migrateur 16 octobre 2017
Laskar
8 min de lecture

Laskar est notre fidèle compagnon de voyage ! Nous racontons son histoire de survivant dans l’article Laskar : le passager rescapé. Aujourd’hui, il nous a fait une réflexion, du fond de ses grands yeux expressifs, qui disait : “Vous n’en avez pas marre de parler à ma place ? Moi aussi j’ai mon mot à dire !” Nous avons donc décidé de lui donner la main sur cet article … Entièrement écrit par notre toutou préféré ! 

Laskar

Mon abandon et mon séjour à la SPA

Comme vous avez pu le lire dans l’article que ma maîtresse a écrit juste au-dessus, j’ai pas toujours eu une vie facile. On m’a lâchement abandonné au bord d’une route. J’ai du erré plusieurs jours à la recherche de nourriture au fond des poubelles avant qu’un monsieur que je ne connaissait de nulle part ne vienne m’attraper par surprise pour me ramener de force dans une grande maison avec plein de cages géantes remplies d’autres chiens. Ça puait la pisse, et les autres chiens aussi étaient orphelins. Je voyais bien que les gens faisaient le maximum pour s’occuper de moi, mais j’étais pas heureux. Je rêvais de me barrer de cet horrible endroit. C’est vrai quoi, tous les chiens chialaient toute la journée ! Un peu de calme pour faire ma sieste quoi, s’il-vous-plaît ! Bref, on s’égare. Je suis resté dans ce trou à rats (ou appelez ça comme vous voulez, mais je préférais encore fouiller dans les poubelles !) environ 10 jours.

Laskar

La première visite de ma maîtresse

Un jour, une espèce de grande gigue est venue car elle voulait adopter un chien. Elle s’est entichée d’un Jack Russel, certes mignon mais gueulard comme pas possible. Elle est partie le promener, elle m’a même pas jeté un seul regard ! Je me suis dit “bon tant pis, ce sera peut-être mon tour la prochaine fois”. Elle a dit à la dame qui me donne à manger qu’elle repasserait le lendemain quand même pour être sûre ! Je me suis donc mis à établir un plan. J’ai réfléchi toute la nuit à un moyen de la convaincre de me prendre moi, et pas cette espèce de surexcité. Et là, d’un coup, ce que je devais faire est devenu évident.

Mon adoption

Pendant que cette bande d’excités de l’aboiement vont japper dans tous les coins, moi je vais rester immobile, assis, et la regarder avec des yeux les plus attendrissants possibles. C’est sûr, elle pourrait pas résister ! Elle est venue avec ses parents comme prévu le lendemain, et leur a montré ce minipouce sur lequel elle avait flashé hier. Toujours pas un regard pour moi. Mais j’ai tenu, je suis resté assis avec un regard de crapaud mort d’amour. Et bingo ! Sa mère m’a vu et a littéralement fondu. Elle a insisté pour me promener. Bon là, j’ai un peu paniqué, parce que vous comprenez je supporte pas trop la laisse. Je préfère courir partout comme un fou ! Mais je me suis dit “Mon gars, c’est maintenant ou jamais. Fais un effort“. Alors je suis resté bien à ses pieds, et je m’arrêtait quand elle s’arrêtait. Et son père a dit “ce chien est super bien dressé, et en plus il n’est pas là depuis longtemps, tu devrais le prendre !”. Je me suis retenu de lancer un aboiement de remerciements, mais je crois bien que ces deux là l’avaient convaincue ! Elle m’a fait plein de caresses en me promettant de revenir dans une semaine me chercher. J’ai attendu, j’avais quand même un peu peur qu’elle m’oublie.

Ma nouvelle vie (avec des débuts difficiles)

Une semaine plus tard, elle est venue me chercher comme promis ! Bon j’ai été malade tout le trajet en voiture, je vous raconte pas. En même temps c’est la première fois que je montait dans un truc pareil ! Maintenant j’adore ça, ça me berce et ça m’endort. Bon je vous épargne les détails de mes 3 mois de grosse maladie, parce que j’ai failli y passer et franchement c’est pas drôle de me souvenir de tout ça. Mes parents vous en parlent mieux dans l’article qu’ils ont fait sur l’adoption d’un chien malade. Bref, après 3 mois de grosses maladie et une convalescence assez compliquée (je faisait à peine la moitié de mon poids actuel, donc les gens insultaient ma maîtresse dans la rue quand elle me promenait…), je suis redevenu moi-même.

Le jour où j’ai montré mon vrai visage

Vous pensiez que j’étais un gentil toutou obéissant ? AH ! Maintenant qu’elle m’avait adopté, je pouvais faire tout ce que je voulais ! Tirer sur la laisse, sauter sur les autres chiens, croquer les cannes des grands-père à la sortie de la messe ! Ah, la belle époque … Ça c’était avant qu’elle perde patience et demande conseil à un maître chien. Rien que d’y repenser à celui-là, j’en ai des frissons plein les poils ! Après 1 mois de passage chez lui, j’étais obligé d’écouter. Il avait tout appris à Lucile, je pouvait plus rien faire … Bon, finalement, elle me l’a bien rendu car après quelques mois en laisse elle a commencé à me faire confiance et maintenant je peux courir partout !

Road Trip Norvège

Des premières années compliquées

Les premières années avec ma maîtresse ont été un peu difficiles. Elle aimait bien sortir, et vivait en appartement. J’avais droit à mes quelques heures de ballades par jour, mais elle me manquait un peu quand elle partait. Elle avait beau essayer le plus possible de faire ses soirées à la maison pour rester avec moi, elle était pas tout le temps là et c’était pas suffisant pour moi. Mais j’ai pris sur moi. C’est vrai quoi, je suis censé l’aimer à la folie même si elle est pas tout le temps là avec moi non ? Je sais pas, on m’a toujours appris ça donc je fais comme ça.

L’espoir de partir voyager

Bref, je l’entendait toujours parler de s’acheter un van pour partir voyager. Je savais pas trop comment lui dire que c’était une super idée et que je rêvais que de ça … Et puis elle en parlait, mais ça tardait à venir. Je m’impatientais moi ! C’est vrai quoi, ça voulait dire que je pourrais me faire bercer tous les jours en roulant, et que je me réveillerait que pour courir dans des endroits super grands ? Je pense qu’on peut pas rêver mieux en tant que chien (ah si, si on ajoute un gros morceau de steak là c’est le vrai paradis pas vrai ?).

Road Trip Norvège

L’arrivée du grand barbu

Et là, PF est arrivé. Et c’est comme s’il lui avait donné le courage de tout faire pour réaliser son rêve (oui, en tant que chien on ressent bien ce genre de chose). Je sais pas pourquoi, mais on s’est mis à dormir tous les jours dans le van, même quand on était à côté de la maison. Bizarres ces humains, ils ont un super lit et ils préfèrent aller dormir dans le van. Enfin, je m’en plaint pas, du coup pendant qu’ils discutaient toute la soirée, moi je courais dans les champs ! Mais quand même, j’aurais jamais troqué mon panier pour un panier roulant (ça existe ça?).

Le grand départ

4 mois après son arrivée, on est partis pour la grande route ! Je sais pas trop où on est allés, mais il y avait de l’eau transparente avec des rochers dedans. D’ailleurs, en faisant le fou je m’y suis coupé les coussinets. Mais bon, c’est des choses qui arrivent ça m’a pas empêché de courir, vous croyez quoi ! Ça a duré super longtemps ce petit voyage, j’ai rencontré plein d’autre chiens. On est passé du chaud au froid, j’ai pas compris grand chose. J’ai préféré le pays froid où il y avait des grandes montagnes, mais j’avoue que j’ai pas trop aimé ces grosses bêtes blanches qui me regardaient un peu bizarrement (je crois que les humains appellent ça des moutons, moi je dirais plutôt que ce sont des espèces de gros monstres). Ils m’ont fait super peur, et tout le monde s’est moqué de moi … Je me suis senti un peu bête mais vous pouvez pas comprendre vous, ça fait sacrément flipper un truc plus gros que toi comme ça !

Laskar

Ma récompense bien méritée

Ces quelques petits mois, j’ai adoré. J’ai couru, couru, couru ! Et je me suis baigné dans tout ce que je pouvais ! Même quand les parents tournaient les yeux, je courait dans l’eau et ils me cherchaient pendant 10 minutes ! La totale liberté quoi. À 21h je m’endormais direct sur le petit lit qu’ils m’avaient concocté à l’avant. Le grand luxe, j’avais ma propre chambre ! En plus ils mettaient des espèces de grands panneaux gris qui empêchaient la chaleur de rentrer, alors je faisait souvent la grasse mat’ ! Pour moi c’était le rêve ! Je suis bien content qu’ils aient décidé qu’on va vite repartir tous les 3 pour un grand tour du monde ! Bon, j’espère qu’ils choisiront pas des pays trop chauds quand même …

Vous aimerez aussi

7 commentaires

Kelly 22 avril 2020 at 2 h 45 min

Il m’a mis la larme mais m’a fait bcp rire !! Sacré Lascar hein ! Vous formez une belle équipe ! Bravo et bon continuation …

Reply
Le Van Migrateur 28 avril 2020 at 12 h 23 min

Merci 🙂

Tout pleins de bonnes choses pour toi aussi !

Reply
Bob 31 juillet 2018 at 7 h 43 min

Trop belle l’histoire de laskar, j’ai la larme à l’oeil! Au plaisir de vous croiser en chemin, linga le chien aime se faire des copains 🙂

Reply
Le Van Migrateur 10 août 2018 at 10 h 17 min

Merci Bob <3

Ce serait un plaisir pour Laskar aussi ! 😀

Reply
Ils voyagent en van et veulent faire le tour du monde – Sarah Humbert 12 novembre 2017 at 17 h 52 min

[…] voyager à deux, trois si l’on compte Laskar, le chien de Lucille, dans 5m2, c’est déjà une aventure humaine en soi. Être 24 heures sur 24 […]

Reply
The Travelling Shed 9 novembre 2017 at 9 h 35 min

Trop hâte de rencontrer ce p’tit Laskar ! Il a eu de la chance de t’avoir !

Reply
Le Van Migrateur 9 novembre 2017 at 9 h 46 min

Quand on partira en Bretagne !! ??

Reply

Laisser un Commentaire