Home Vanlife : mode d'emploi Comment le voyage en van nous a aider à devenir meilleurs ?

Comment le voyage en van nous a aider à devenir meilleurs ?

Écrit par Le Van Migrateur 19 janvier 2018
Vanlife Le Van Migrateur
6 min de lecture

On dit souvent qu’on voit des choses magnifiques en voyage, et qu’on apprend à observer avec plus d’attention que dans la vie quotidienne. C’est totalement vrai, mais ce n’est finalement pas propre au voyage en van. Dans tout type de voyage, que ce soit en sac à dos ou en Road Trip d’auberge de jeunesse en auberge de jeunesse. Ce qui nous a le plus surpris en voyageant en van, c’est à quel point notre patience peut être mise à rude épreuve. Repousser nos limites. Avant de partir, on ne savait pas vraiment jusqu’ou elles allaient. Et on se disait qu’on partait avec notre petite maison sur roues, avec tout le confort dont nous avions besoin ! Toutes ces découvertes sur nous-mêmes nous ont aidé à y voir plus clair.

L’organisation et le pragmatisme

Lorsqu’on voyage en van, il y a beaucoup de choses à prendre en compte. Il faut faire attention au niveau d’essence, surveiller régulièrement les niveaux du moteur, bien ranger pour que rien ne tombe en route, il faut surveiller les niveaux des eaux pour la douche, et plein d’autres petites choses. L’organisation est donc le maître mot dans ce type de voyage. En général, le pli se prend vite après quelques semaines de voyage. Pendant notre mini tour d’Europe cet été, nous étions beaucoup mieux organisés en Norvège et en Espagne qu’en Croatie !

La Croatie était notre premier voyage en couple et avec notre propre van. Nous avons donc eu quelques ratés. Il nous arrivait parfois d’oublier d’acheter notre petit déjeuner du lendemain ou de ne pas savoir comment trouver de l’eau potable pour remplir nos géricanes. On faisait le point régulièrement sur ce qui pouvait être amélioré au niveau des aménagements et de l’organisation. Ce pragmatisme (presque toujours à l’origine de Pierre-François ?) nous a permis d’avoir une bien meilleure organisation pour la Norvège et de réduire un peu la fatigue et la lassitude que peuvent parfois entraîner ce type de voyage. Entre les 2 voyages, nous avons également fait les petites améliorations d’aménagement dont nous avions besoin.

Finalement, on apprend vraiment à connaître le fonctionnement de l’autre lors d’un voyage où une telle organisation est nécessaire. Le voyage en couple ou entre potes permet d’apprendre de se découvrir d’une autre manière ! Dans la plupart des cas, cela renforce les liens d’une force presque indestructible. En tout cas, ça a marché pour nous !

Le dépassement de soi

Vous connaissez la flemme ? Celle qui vous empêche de bouger du canapé comme si un poids d’une tonne était appuyé sur votre corps tout entier ? Et contre celle on essaye de lutter de toutes nos forces, mais qui a souvent raison de nous ? Eh bien on a remarqué qu’elle n’avait pas sa place avec nous dans le van ! Les réservoirs d’eau ne se remplissent pas tout seuls, les niveaux moteurs ne vous attendent pas pour descendre et les choses que vous n’aurez pas ranger tomberont et risqueront de se casser si vous n’avez pas voulu les ramasser.  Si on se limite donc aux quelques mètres cubes que fait le van, sans parler d’autre chose, nos efforts physiques sont souvent sollicités pour garder votre petite maison roulante en parfait état de marche. Il est difficile de croire que toutes ces petites choses à réaliser représentent un réel dépassement de soi, mais ça l’est bien. Ce n’est pas extrême, mais ça demande quand même quelques efforts ! Il faut vaincre la fatigue engendrée par les heures de conduites ou les heures de randonnées pour maintenir en forme sa petite maison sur roues ! Et on rentre rarement de randonnées en s’étalant sur le lit en attendant que la pizza sonne à la porte ! Sauf si vous avez un(e) petit(e) copain(ine) super sympa …

On a également remarqué qu’il nous fallait souvent prendre sur nous. Quand la fatigue nous donne envie de réagir d’une certaine manière, il faut faire en sorte de réfléchir avant de dire ou faire quelque chose qu’on pourrait regretter. Ça marche aussi pour la faim ! Nous sommes confrontés sans arrêt à ces petits problèmes lors d’un voyage en van. Le mieux est d’apprendre à les gérer. Ou encore une fois, d’avoir un(e) co-voyageur(euse) super tolérant(e) !

La solidarité et l’entraide

Le dépassement de soi entraîne souvent une prise de conscience. La prise de conscience de la difficulté de certaines tâches à réaliser et qu’on n’est pas forcément aptes à tout faire soit-même. L’autonomie que nous attendons de ce type de voyage a donc des limites. Mais ces limites nous incitent à être plus ouverts aux autres ! Souvent, nos capacités d’entraide et de partage sont décuplées. On connaît les galères que peuvent entraîner la vanlife. Si on croise d’autres personnes face à un problème et dans lequel nous pouvons les aider, nous y allons sans sourciller. C’est un peu un monde à part. Nous rencontrons des gens qui vous aident également sans demander de retour. Des personnes profondément passionnées par ce mode de vie, et qui sont prêtes à nous aider à sauter le pas, et à faire les bons choix pour passer le cap.

On a été agréablement surpris de toute cette solidarité, autant en vrai que sur les réseaux sociaux. Cela nous aide à donner toujours le meilleur de nous-même sur les routes, et à rester observateurs ! Si quelqu’un a besoin d’aide autour de nous et qu’on peut l’aider, on ira.

La sérénité

Fabriquer de tels souvenirs nous aident à nous dire qu’il y a quelque chose, quelque part, qui nous rend véritablement heureux. Et ceux qui ont réussi à trouver ça ont finalement réussi à trouver une sorte de but à leur vie. Et finalement, ce n’est pas un peu ce qu’on recherche tous ? Se libérer l’inconscient de cette obligation surfaite de faire carrière, accepter de vivre en dehors des sentiers battus et accepter toutes les conséquences qui vont avec cette sortie du chemin tracé pour nous. Cela apporte une sérénité évidente. La sérénité d’avoir trouver sa voix, d’avoir trouver quelque chose qui nous fait véritablement vibrer. Et finalement, cela nous apporte également le bien-être. Et le bien-être rend heureux, ouvert aux autres, ouvert à la critique, ouvert à la sérénité. Et nous aide à devenir meilleur.

On a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais on sent que nous sommes sur le bon. Et c’est déjà un pas énorme pour nous.

Et vous, comment le voyage en van vous a aidé à être meilleur(e)?

Vous aimerez aussi

Laisser un Commentaire