Home Vanlife : mode d'emploi Comment le voyage en van a changé nos vie

Comment le voyage en van a changé nos vie

Écrit par Le Van Migrateur 15 décembre 2017
Comment la vie en van a changé nos vies
11 min de lecture

Le voyage en van est un mode de voyage un peu spécial. Un peu comme le backpack, le voyage en vélo, en bateau ou en stop ! Il apporte des choses que le voyage en all inclusive n’apporte pas. On apprend à se débrouiller, à vivre avec moins, à se séparer des choses inutiles et à faire le tri. Après plusieurs mois passés en van, il est difficile de revenir à un train de vie “normal”. Nous avons décidé de faire cet article en mode collaboratif avec The Travelling Shed et Le Monde de Tikal, tout simplement parce que la vie en van a eu des incidences différentes sur chacun d’entre nous ! 

Un besoin de faire le tri

Le Van Migrateur 

Fourgon aménagé

C‘est marrant, car après 3 mois en van, nous avons pris la décision de nous prendre un appartement ensemble. Pierre-François et moi vivions chacun chez nos parents. Ces quelques mois de voyage ont été révélateurs, nous avons donc décidé de nous lancer dans ce qui sera sûrement l’un des plus gros projets de notre vie : réaménager notre van d’une manière beaucoup plus fonctionnelle, et économiser environ 15 000 euros en un an pour pouvoir partir sur les routes pour une période beaucoup plus longue. Et même faire un tour du monde, si nous arrivons à bien nous débrouiller à notre première étape : le Canada et les États-Unis. Bref, après avoir tout déménagé de nos maisons respectives, et s’être installés dans notre appartement, nous nous sommes retrouvés face à la réalité : nous avons beaucoup trop d’affaires, de bibelots, de souvenirs matériels. Une crise de folie a suivi cette constatation. Après nous être demandé si nous étions sûrs de vouloir faire du voyage en van notre projet de vie pour les 3 ou 4 prochaines années (question rhétorique évidemment, la réponse était un grand OUI), nous nous sommes lancés dans un énorme tri. Rien n’a été laissé au hasard : les souvenirs d’enfance, les vêtements desquels nous ne pensions jamais vouloir nous séparer un jour, l’électronique inutile, les gadgets, etc. Tout a été vendu sur Vinted et Le Bon Coin, et nous avons pu commencer à faire nos économies (on en parle dans notre article pour vous aider à faire des économies)  sur une base sereine. Aujourd’hui, on peut dire que ça a changé notre vie. J’étais (Luce) une grande conservatrice de souvenirs matériel. PF un peu moins. Et nous nous sommes rendus à l’évidence : à quoi servent tous ces objets, avons-nous vraiment besoin d’eux pour déclencher nos plus beaux souvenirs ? La réponse a bien évidemment été non, alors on s’en est débarrassé. Et mine de rien, ça soulage énormément l’esprit ! Ne pas tomber sur un bibelot à chaque fois que tu soulèves un t-shirt et pouvoir faire la liste de ses possessions mentalement en 2 minutes, c’est un sacré soulagement pour le cerveau. 

The Travelling Shed

Ce que la vie en van a changé pour nous

Crédit Photo : The Travelling Shed

Avant de partir voyager en van, nous étions déjà plutôt minimaliste. Notre prise de conscience sur cette notion de « superflu » s’est effectuée il y a un peu plus d’un an, allant de pair avec une consommation plus raisonnée en général, et une attention particulière portée à ce que nous avions dans notre assiette. Nous avions donc déjà peu de choses dans notre appartement, mais voyager en van nous a ouvert les yeux, plus qu’on aurait pu l’imaginer. Le départ fut assez révélateur puisque nous devions faire un choix. Un choix sur les affaires que nous allions emporter avec nous pour 6 mois. Nous avons trié, sélectionné, et gardé ce qui nous semblait nécessaire. Mais nous avions également pris des affaires « au cas où », ces fameuses affaires qui en fait ne te servent jamais. Les copains étaient impressionnés de voir que l’on vivait avec si peu de vêtements et d’affaires en général, mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu’on en avait tout de même encore trop ! Une fois rentrés, nous avons emménagé dans un appartement beaucoup plus petit que le précédent, et c’est fou comme il nous paraissait grand ! Nous avons encore une fois trié et vendus des choses, nous arrivons à ne posséder pratiquement que des choses qui nous semblent nécessaires et/ou qui nous sont chers. Et croyez-moi, lorsque l’espace est désencombré, l’esprit l’est tout autant !

 

Le Monde de Tikal

Ce que la vie en van a changé pour nous

Crédit Photo : Le Monde de Tikal

Avant notre départ pour les Amériques nous n’avions jamais vécu en van… Ce fut donc une découverte de 13 mois ! Directement plongés dans le bain du petit espace, nous avons d’abord dû faire un tri matériel. Bah oui, on n’embarque pas toutes ses fringues, toute sa vaisselle, tous ses livres dans un si petit espace. On a donc fait, ce qui nous a alors semblé être “un tri drastique”. Oui, on vous l’avoue, on a eu du mal à choisir avec quoi partir. On a donc pris aussi des choses qui ne nous ont pas servi (oui je pense à vous petits après-ski qui dormez encore dans le camion…). Aujourd’hui nous avons réalisé à quel point le matériel a finalement peu d’intérêt et n’apporte pas que peu de plusvalue dans notre quotidien. A notre retour en France nous avons réaménagé dans un appartement et encore aujourd’hui, nous avons bien trop d’affaires à notre goût… Mais en réalité ce voyage qui nous a certes permis de faire un semblant de tri dans nos affaires, nous a surtout permis de faire du tri dans nos têtes. Et on en avait besoin : l’un comme l’autre nous étions un peu perdus lorsqu’il s’agissait d’envisager notre quotidien professionnel. Ces 13 mois sur la route on été comme un voyage intérieur en même temps que sur un continent. Et ce ne fut que du positif ! Nos petits rituels quotidiens (dont on parle dans un article sur notre blog : notre quotidien dans le van) nous ont fait réaliser à quel point on peut apprécier les petites choses anodines : comme le café du matin qui était notre rituel de planification de la journée à venir…

Aujourd’hui nous ne savons pas précisément comment nous voulons écrire notre quotidien mais nous sommes certains de ce que nous ne souhaitons plus. Le voyage nous a donc fait faire un bon tri dans nos têtes et a mis en exergues des choix de vie qui sont devenus au centre de notre quotidien !

Un retour à la simplicité

Le Van Migrateur

Lettre ouverte à notre van

Tout le tri dont nous avons parlé dans le paragraphe juste au-dessus nous a permis de vivre avec beaucoup plus de simplicité. Ce vide total d’élément matériels inutiles (pour nous)  nous a aidé à calmer nos ardeurs consommatrices. À chaque fois que nous sommes devant une forte envie d’acheter un bel objet, on se dit : est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Ou va-t-il finir à la poubelle dans 2 semaines ? Et dans 90% des cas, on ne l’achète pas ! C’est vraiment un gros changement, qui a fait un bien fou à notre porte-monnaie. Nous savons maintenant exactement où part notre argent. Nous commençons également à adopter quelques habitudes de vie ZeroWaste, car nous cotoyons des personnes qui vivent de cette façon et qui nous ont convaincues. Et franchement, on n’a pas vraiment la place d’avoir une énorme poubelle dans le van.

Le retour à la simplicité se fait dans tous les sens du terme. On vit avec moins, mais on apprend également à vivre mieux. Les jours où nous n’avons rien à faire, lorsque nous vivons en van, on prend le hamac et on lit un bon livre à l’ombre de deux arbres. On voit bien la différence avec les moments où nous sommes sédentaires. Dans ces périodes là, quand il nous arrive de nous ennuyer :  Hop, le plaid et Netflix ! C’est bien sympa, mais à la fin de la journée on se sent finalement inutile, et en plus on ne trouve pas le sommeil. La vie en van semble nous ramener aux essentiels : la nature, le calme et la sérénité.

The Travelling Shed

Ce que la vie en van a changé pour nous

Crédit Photo : The Travelling Shed

Nous en avions parlé dans notre article publié sur Nomade Magazine, Vivre en van, l’art du désencombrement. Dès lors que l’on voyage assez longtemps de façon plutôt minimaliste, on se rends très vite compte de la superficialité de ce qui nous entoure. Et nous avons fait un drôle de constat : posséder ne nous rends pas heureux. Ce qui nous fait vraiment vibrer c’est le voyage, c’est la route, c’est les jolis paysages, c’est la nature. Ce ne sont pas des choses qui se possèdent mais qui se vivent. Nous avons dû revoir nos priorités, et avons placé le voyage tout en haut de la liste. Ainsi, nous savons exactement ce que nous devons faire ou pas, pour pouvoir atteindre notre priorité, qui se résume finalement à « être » plutôt qu’«avoir ». Et on l’applique toujours au quotidien. Nous vivons très simplement, nous réfléchissons toujours avant un achat, et nous apprécions finalement cette simplicité. On se sent bien avec ce qu’on a chez nous, et ce que l’on fait de notre temps libre, et c’est bien le plus important !

 

Le Monde de Tikal 

Crédit photo : Le Monde de Tikal

Le voyage en van a fini d’amorcer une dynamique que nous avions déjà avant. Les questionnements relatifs à la surconsommation, à notre rapport à la Terre, à nos relations aux autres, on se les posaient déjà. Mais la vie en van nous a conforté dans nos pensées il est possible de vivre mieux avec moins. Sur la route, nous n’avions pas besoin de beaucoup de vêtements, pas besoin d’objets divers et variés. Ce que nous avions dans le van nous suffisait et si parfois certaines choses nous tentaient, on se posait la question fatidique : en a-t-on vraiment besoin ? Et bien souvent la réponse était clairement NON. Mais nous avons aussi décidé de consommer autrement lorsque l’on consomme. Privilégier l’occasion, la seconde main et ne pas acheter du neuf quand on peut. C’est assez facile parfois (pour les vêtements notamment), c’est un cadeau pour le porte-monnaie et c’est un bon choix pour la planète. Et puis cela permet de garder un peu de sous pour s’acheter de la nourriture de qualité : privilégier le local, le bio, le commerce équitable… En bref la vie en van nous a ouvert les yeux : nous n’avons pas besoin des objets pour être heureux mais des gens !

 

Le voyage en van : une philosophie de vie

Après plusieurs rencontres tous les 6, avec Marion & Flo de The Travelling Shed et Dana & Steph du Monde de Tikal, nous avons remarqué que le voyage en van nous apportait à tous la même chose, mais d’une manière différente. Finalement, nous nous délions tous du superflu, des choses qui ne nous semblent pas essentielles. Mais nous attachons beaucoup plus d’importance à d’autres bien matériels : le van en lui-même et l’appareil photo par exemple. Finalement, ils représentent notre maison et nos souvenirs. Nous avons moins de biens, mais ces quelques biens deviennent bien plus importants à nos yeux. Vivre des moments incroyables, essayer de s’imprégner de toutes les sensations qu’apportent le voyage et essayer de ne jamais les oublier : voici le but de notre vie de voyageurs.

Finalement, nous nous rendons compte que les besoins en voyage sont beaucoup moins importants : pas de loyer à payer, pas de frigo à remplir, pas de paperasse liées à un éventuel appartement. C’est de là que vient cette sensation de liberté. Nous allons où nous voulons, quand nous voulons, et n’avons d’attache nulle part. Rien que le fait de ne pas avoir de boîte aux lettres nous délie de pas mal de soucis. À condition bien-sûr d’avoir tout réglé avant de partir !



Tous les articles Vanlife & autres

Vous aimerez aussi

Laisser un Commentaire