Home Consommation alternativeMinimalisme Le zéro déchet en fourgon aménagé

Le zéro déchet en fourgon aménagé

Écrit par PF 21 décembre 2018
Le Zero déchets en fourgon aménagé
17 min de lecture

Essayer de réduire nos déchets et devenir totalement zéro déchet en fourgon aménagé : comment avons-nous réussi ?

En devenant nomade, nous sommes devenu minimaliste, des voyageurs à temps pleins et libres. Et oui, posons les choses tout de suite sur la table : ça n’améliore pas forcément notre empreinte carbone… Mais nous y reviendrons ! En tout cas,  aujourd’hui, on tente de devenir plus que des voyageurs irraisonnés ! On essaye de devenir des activistes du zéro déchets en fourgon aménagé et ce n’est pas toujours facile… Résister à la culture du “tout prêt”, du jetable, c’est un changement qui se travaille de jour en jour. Ce changement, on l’a entamé il y a quelques mois, en réduisant notre consommation d’articles à usage unique, en réutilisant tout ce qui est possible, en recyclant ce qui vaut d’être recycler et en faisant du fait maison. Le DIY, c’est plus glamour ! Bref, dans cet article on va vous proposer des solutions pour essayer de réduire votre impact environnemental tout en voyageant en van.

A mort les bouteilles d’eau en plastique, vive la gourde à filtre

Tout le monde le sait depuis un fameux reportage sur une grande chaine TV du service publique (et peut-être même depuis plus longtemps) : la majorité des bouteilles d’eau en plastique ne sont pas recyclées. Pire, même celles qui le sont finissent souvent dans une décharge ou dans l’océan. C’est pour cela que nous avons décidé d’investir dans une gourde filtrante, afin de limiter au maximum notre consommation de bouteilles plastiques. Par contre, on ne va pas vous mentir, il y a quelques fois où l’on craque pour une petite bouteille de soda fraiche … Mais passer de 8 packs d’eau par mois à une bouteille de soda 5 fois par an, c’est déjà un grand pas dans notre quête du zéro waste !

L’avantage pour le van : gros gros gros gain de place, et suppression du plus gros et du pire déchet domestique.
L’avantage pour le porte monnaie : la gourde coûte 50 euros, le filtre peut durer plus d’un an si l’utilisation se limite à l’eau du robinet. Mais si on compare ça avec l’achat compulsif de packs d’eau, regardez ce que ça donne :
Pour être en bonne santé, on doit boire 2L d’eau par jour. Un pack = 6 bouteilles d’1,5L. Nous sommes 2. Les 6 bouteilles seront donc consommées en 3 jours. Cela fait environ 2 packs par semaine, donc 12 bouteilles. Un pack = environ 1,20 euros. Donc 2,40 euros par semaine, ce qui fait 9,60 euros par mois et 115,20 euros par an. Déjà, financièrement, c’est 50% moins cher d’utiliser une gourde filtrante ! Si on veut parler environnement… Vous êtes prêts ? Ça fait 576 bouteilles non utilisées… Pour seulement 2 personnes … 
Le Zero déchet en fourgon aménagé

Allez, c’est le moment ! Et si le filtre ne vous intéresse pas, il est toujours possible de prendre la gourde en inox ! Nous avons choisi le filtre, car comme ça nous pourrons l’emmener dans tous les pays sans trop se poser de questions.

>>> Shopper ma gourde filtrante à base de plastique sans BPA sur Amazon … Un mal pour un bien ! Vous pouvez aussi la trouver dans certains Décathlon.

Acheter en vrac en amenant ses contenants en magasins

Pour les fruits, légumes, féculents, céréales et même les gourmandises comme les biscuits, on a oublié les emballages ! Pour cela, on a décidé d’acheter en vrac en allant dans les magasins bio, les fermes et les marchés. Niveau contenant, on a investi dans des bocaux en verre et des petits sacs en tissu. Le fait de stocker de cette manière nous a aidé a faire le tri dans notre garde manger et à nous débarrasser de notre poubelle! En gros, moins de gâchis et plus de place en cuisine. Un pas de plus vers le zéro waste, et pas des moindres !

L’avantage pour le van : on n’a plus de poubelle. En fait, on se rend compte qu’on arrivait à remplir presque 2 sacs poubelles de 30L par semaine rien qu’avec les emballages de nourriture ! C’est juste énorme, et c’est tellement encombrant ! On revit depuis qu’on n’a plus à se demander “où on met ce gros sac poubelle noir qui pue??“… Vraiment !
L’avantage pour le porte monnaie : Bon là, on avoue, on ne le voit pas vraiment… Qui dit Vrac, dit souvent bio (oui, parce que des biscuits en sachets qui ont juste été vidés dans des distributeurs de vrac … Non merci). Et dit donc plutôt assez cher … On n’a pas encore trouvé le super équilibre rendement économique / rendement environnemental, et pour ne rien se cacher : le bio c’est hyper cher en France. Mais on relativise, on se dit qu’on ne paie pas de loyer, alors on consacre un plus gros budget à la nourriture : on mange sain et zéro déchets, il y a pire comme concession… Pour vous donner une idée ? Notre budget nourriture mensuel tourne autour des 400/450 euros par mois lorsqu’on se fournit dans des magasins bio (le chien compris, qui lui aussi mange vrac/bio… Oui oui, ce chien est un roi mais là n’est pas le débat) et plutôt autour des 300/350 euros quand on peut se fournir dans une ferme.

Se créer une garde robe de sacs de courses en tissus

Avec un sac en tissu pour les courses, tu as simplement plus de style ! Rien de pire que les cabas et sacs plastiques avec les motifs les plus moches au monde (ou pire : la grosse tour eiffel avec marqué “Paris” dessus). Le zéro déchet et l’estime de soi peuvent être compatibles ! 

On ne vous dit pas non plus de jeter vos superbes sacs de course en plastique ! Maintenant que vous les avez, gardez-les… Ou donnez-les aux restos du coeur, qui en ont sûrement besoin pour distribuer la nourriture, par exemple. Mais lorsque le besoin de renouvellement se fera sentir, sachez que vous pouvez refaire votre garde robe pour moins de 20 euros : quelques totes bags, quelques sachets en tissu, et le tour est joué !

>>> Shopper un nouveau superbe caba écologique et des sacs Vrac pour l’accompagner sur la boutique de notre copine Pauline : fabrication à la main, avec amour pour l’environnement <3 La boutique est fermée pour heureux événement en ce moment, mais elle rouvrira dans les mois à venir !

Le Bee Wrap pour conserver à la place de l’aluminium et du film plastique

Alors là, avec le Bee Wrap on est parti pour la phase un petit peu technique de l’article ! Le Bee Wrap, qu’est ce c’est que ce truc? Cette petite chose, c’est 100% naturel et zéro waste! En gros, c’est une feuille de coton bio recouverte de cire d’abeille. Et cette feuille de cire, elle coagule lorsqu’elle est en contacte avec des aliments. Ce processus permet de conserver les fromages, des légumes déjà coupés et de couvrir les plats non terminés. En plus, ils ont en général une assez longue durée de vie (environ 1 an, à condition de ne pas les mettre en contact avec de la chaleur) car ils sont lavables avec un petit coup d’éponge et donc réutilisable. Au final, on a pu dire adieu, au papier d’aluminium et au film plastique (aussi mauvais pour la santé que pour l’environnement).Le Zero déchets en fourgon aménagé

S’essayer au compost

Toutes nos épluchures, on les réunies dans un sac et dès que l’on voit un endroit propice (un fourré, un arbre, une forêt, un bord de champ non visible…), on jette nos restes de fruits et légumes en pleine nature. Bien évidemment, on fait cela à l’abri des regards pour éviter la pollution visuelle. Au final, nous rendons à la nature ce qui lui appartient ! Pour les puristes, nous savons que le compost sauvage n’est pas très bien vu. Sans raison particulière d’ailleurs, car quand c’est fait en toute discrétion, c’est plutôt un beau geste ! On avait un moment pensé à un compost dans Kirikou, notre van, mais trop difficile à mettre en place.

L’avantage pour le van : comme nous dormons souvent en pleine nature, nous remplissons notre petit sac de tissu d’épluchures et le renversons dans des endroits discrets dés que l’occasion se présente ! Il nous arrive même parfois de creuser un petit trou à la pelle pour éviter la pollution visuelle et accélérer le compost… Bon, avouons-le, c’est assez rare. On préfère s’arrêter dé qu’on trouve un endroit discret.

Privilégier le fait maison

Faire soi-même sa lessive, sa compote, son pesto et tout un tas d’autres choses c’est possible ! On s’est fait la même réflexion que pour les bouteilles d’eau, il y a trop d’emballages plastiques dans beaucoup de produits du quotidien. Le fait maison c’est cool car c’est moins de gaspillage et c’est une satisfaction de consommer quelque chose qu’on a fabriqué. Nous, notre pesto maison sans produits chimique dedans, c’est une tuerie ! La lessive, quand on la fabrique on se prend pour des chimistes … En gros, c’est de la découverte chaque semaine, c’est bénéfique pour le porte monnaie et ça participe à notre quête du zéro waste.

L’avantage pour le van : bon là, pour le coup, on parlerait plutôt d’inconvénient. Et encore, inconvénient, c’est un vraiment grand mot ! Disons qu’au lieu d’avoir simplement les produits consommables, nous avons les produits finis  + toutes les matières premières pour les fabriquer. Ça prend un peu plus de place, mais ça sert dans plein de situations ! En plus, qui dit produit fait sur-mesure, dit produit naturel et adapté à sa peau, ses cheveux, etc. Depuis qu’on fait ça, on a résolu pas mal de petits problèmes de manière 100% naturelle ! C’est plus efficace, et en plus ça résout souvent la chose de manière définitive, contrairement aux produits chimiques. Et puis, ça ne nous prend qu’un tiroir en plus …
L’avantage pour le porte monnaie : alors là, on compense laaaargement le gros budget nourriture !! Tu investis peut-être 100 euros au début de l’année pour acheter toutes tes matières premières, mais tu es tranquille pour une année complète ! Avec 100 euros d’investissement (environ) dans les matières premières, on a tenu un an en faisant : 

  • Notre lessive (savon de marseille, pecarbonate, bicarbonate, eau. On vous a concocté une petite recette)
  • Notre shampoing (base lavante neutre, un peu de vinaigre de cidre, 2-3 gouttes d’huiles essentielles ou shampoing solide)
  • Notre déodorant solide (Ça fait plus de 6 mois que nous l’avons fabriqué, et il nous en reste encore pour 6 mois !)
  • Notre crème hydratante (beaucoup d’huile de lin et un peu de baume de karité pour la texture. Mais honnêtement, 60% du temps on se badigeonne d’huile de lin. Tu es gras 1h, mais il n’y a rien de plus efficace !)
  • Notre produit vaisselle

Il nous manque plus qu’un déchet à éliminer côté salle de bain : le dentifrice ! Il faudrait qu’on s’y mette.

Les cotons tiges, les cotons et les tampons c’est has been

L’hygiène corporelle est la phase qui peut être la plus compliqué pour devenir zéro waste tout en vivant en van.. Car, dès notre tendre enfance, on nous dit d’utiliser des cotons tiges pour le nettoyage de nos oreilles et pour les femmes à l’adolescence d’utiliser des tampons pour l’hygiène intime. De plus, il faut savoir que le coton tige est un des plus grands déchets qu’on trouve dans les océans et que les tampons sont nocifs pour la santé à cause de leurs emballages en plastiques (et du coton utilisé, pas toujours très catholique) ! Pour ne plus utiliser ces deux produits, on a trouvé une solution, qui en plus est plus efficace que les cotons tiges. Pour nos chères oreilles on utilise un petit objet biscornu qu’on appelle oriculi :

Concernant Luce, elle utilise une cup et des serviettes en tissu lavable et réutilisables faites maison. Sinon, il y a aussi les superbes culottes de règles ! Jamais testées, mais de bons retours (moment gênant pour les mecs, c’est fini). 

Côté coton, on est passés aux cotons lavables, et franchement on est super contents ! C’est tout aussi efficace, et ça enlève un nombre incalculable de déchets. Pour résumer, on avait tous les jours environ 6 cotons tiges + 4/5 cotons dans notre poubelle quotidienne. Éliminés !! Et pour les laver, pas besoin de les mettre en machine : un petit bocal en verre, de l’eau bouillante et un peu de pecarbonate ou de bicarbonate de soude : on laisse tremper en remuant un peu, on rince, on fait sécher et hop ! Comme neufs !Le Zero déchet en fourgon aménagé

Le “Zérowaste” dans la cuisine

Voilà aussi un petit coin important ! Même si on vous a déjà parlé des Beewrap, des emballages de nourriture, etc., on aimerait vous parler du côté vaisselle. Notre copine Pauline, toujours, nous a fait découvrir ses superbes petites éponges faites maison et lavable. Il y en a une qui permet de gratter les plats incrustés tout en douceur, et l’autre douce comme un oreiller, qui permet de nettoyer le lavabo ou les plats très peu sales. On a ajouté à ça une brosse en bois qu’on utilise depuis maintenant 1 an, et grande surprise … On se rend compte que c’est hyper cool de se débarrasser du déchet éponge ! Les éponges lavables sont tout aussi efficaces, et comme elles sont super bien cousues, elles sont hyper solides. Les jours de lessive, on les glisse dans le linge, et le soir même elles sont utilisables ! Et si une envie pressante de vaisselle se fait sentir, il y a toujours la petite brosse en bois …

Le zéro déchet en fourgon aménagé

Côté cuisine, il y a aussi le thé et le café, qui produisent des déchets… On ne boit pas de café, donc on ne pourra pas trop vous conseiller de ce côté là (mais nos copains vanlifers et écolo utilisent la superbe cafetière de Flolanni) : Le Zer waste en fourgon aménagé

Pour le thé, nous nous sommes acheté des petits sachets réutilisables en tissu. Ça rajoute un peu la contrainte du lavage et du séchage, mais franchement, ce n’est rien comparé à “je le met où  mon sachet de thé trempé ?”, tu sais, celui qui fini par traîner dans la tasse ou dans l’évier jusqu’à ce que tu trouves une poubelle (bon, ça, c’est si tu as franchi l’étape de supprimer la poubelle). Du coup, plus besoin d’acheter les thé en sachets, pour lesquels tu as 4 déchets (le plastique qui emballe le carton qui emballe les poches qui emballent les sachets de thé) ! Tu peux acheter soit des plantes en vrac avec tes petits sacs en tissu, soit des plantes dans des petits sachets cartonnés qui vont te durer 6 mois si tu achètes plusieurs parfums ! Nous, on s’est même fait des petits pots en verre pour mettre tous nos parfums de thé sous forme de plantes, dans le porte-épices à droite des tasses : Le Zero waste en fourgon aménagé

L’avantage pour le van : on supprime 4 déchets, pour les remplacer par 3 minutes de rinçage pour les petits sachets en tissu (qui sont accrochés à une pince juste au-dessus de la tête de Laskar pour sécher, vous les voyez ?). Résultat : toujours pas besoin de poubelle, c’est donc de la place de gagné. Et on peut jeter les plantes infusées avec les autres déchets organiques dans la nature (toujours de manière discrète)
L’avantage pour le porte monnaie : les plantes coûtent plus chères à l’achat, mais durent beaucoup plus longtemps que les packs de sachets tout faits vendus. C’est donc plutôt économique pour le porte monnaie ! 

Un petit résumé ?

Côté courses

  • Sac en plastiques, sacs de courses, sacs de légumes, etc. : on remplace par des tote bags en tissu et des sachets vrac faits en tissu
  • Supprimer 100% des déchets est vraiment très simple : tout peut s’acheter en vrac en France et dans certains autres pays maintenant.

Côté salle de bain

  • On remplace les cotons tiges par un oriculi
  • On remplace les cotons par des cotons lavables
  • Côté filles, on adopte la cup et/ou les serviettes lavables et/ou la culotte de règles

Côté cuisine

  • On remplace l’éponge Spontex par deux éponges lavables et une petite brosse en bois
  • On remplace le liquide vaisselle par du liquide fait main ou du savon de Marseille liquide (si possible, on garde l’emballage en plastique du savon liquide et on le remplit dans une boutique telle que Day by Day une fois vide)
  • Pour le thé, on achète des sachets lavables ou une boule en inox (surtout pas en alu, désastre pour la santé) et du thé en vrac sous forme de plantes
  • Pour le café, on adopte la cafetière Flolanni

Et l’essence dans tout ça ?

Ah oui ! Et pour la consommation d’essence, qui est sûrement bien plus polluante que 2-3 écarts en achetant des sachets plastiques, on essaie aussi d’être raisonnables de ce côté -là. Lorsqu’on visite un endroit, on essaye de se poser quelques jours et de visiter les alentours à pieds, par exemple. Notre objectif : on veut que, après avoir lisser notre consommation de kilomètres sur l’année, on arrive à ne pas dépasser les 200Km par semaine. On ne sait pas encore si c’est un pari réussi pour cette année ! Très honnêtement, on pense qu’on est même en-dessous. Mais la vraie question est de savoir si on arrive à respecter cette condition lorsqu’on fait de grands voyages. Pourquoi 200Km ? Parce que d’après plusieurs sites qui permettent de calculer notre empreinte carbone, cela nous permettrait de rester à une planète. Pour vous expliquer un peu mieux, avec tous les gestes que nous faisons et si nous ne dépassons pas les 200km par semaine, et si tout le monde consommait comme ça (ou moins, ou l’équivalent), nous n’aurions pas besoin de plus d’une planète pour satisfaire les besoins mondiaux. On ne dit pas qu’on est l’exemple à suivre, il y a sûrement des personnes qui arrivent à avoir une empreinte carbone extrêmement plus faible que nous ! Mais c’est pour vous expliquer un peu le principe. 

Au départ, l’idée d’essayer de devenir 100% zéro déchets nous paraissait impossible : on se disait pas le temps, pas l’argent. Puis en vivant en van, on fut même découragés au début ! Changer ses habitudes, après 2O ans de consommation folle, c’est pas si simple … Le principe pour y arriver, c’est d’y aller étape par étape et au fil du temps vous verrez ça deviendra naturel. Après, il est possible de craquer parfois pour des emballages, nous sommes humains tout de même. Mais, on se sent coupable quand on le fait et cela démontre que nous sommes conscient de nos actes. Du coup, ça nous pousse à réfléchir sur le bien et le mal de notre consommation au quotidien. Et en général, la réflexion nous fait faire des choses intelligente. Pour nous, le résultat est bénéfique sur notre santé, le rangement du van et pour notre porte monnaie. Zéro Waste = Vie en van plus épanouie ! Bien-sûr, la transformation est “chère”, et nécessite un petit investissement de … Allez, 200 euros grand grand max. Mais après, si on met tout bout à bout, ce sont plutôt des économies de faites. On ne parle pas de manger bio, mais bien de supprimer les dêchets. 

Et vous, quelles sont vos astuces Zero Déchets ?

Retour à l’accueil
Tous nos articles sur la consommation alternative
Tous nos articles sur le minimalisme

Vous aimerez aussi

9 commentaires

Alize 19 mars 2019 at 14 h 26 min

Hello, super article!! Je cherchais des infos pour aller encore plus loin dans notre demarche vers le zero dechet.

Petite question, comment faites vous pour ce qui est jus dorange, lait ou bière. Aussi pour le chocolat? 😊 Je me demandais egalement pour le papier de toilette?
Et si vous voyagez en dehors de la France, comment faites vous pour trouver des magazins bio/vracs sur votre route. Nous vivons aussi en van et sommes actuellement en Sardaigne et ce nest pas tjs evident de trouver ce dont on a besoin.
Merci pour vos conseils

Reply
Le Van Migrateur 26 mars 2019 at 11 h 47 min

Hello ! 🙂

Merci pour tes encouragements !

Pour répondre à tes questions :
– Jus d’orange : on le fait nous-même (question de santé et également d’emballage). Ça nous prend exactement 5 minutes à faire, et c’est bien meilleur !
– Lait : nous n’en buvons pas. En tout cas, pas du lait de vache. On boit du lait d’amande, ou de coco. On le fait nous-même quand on a le temps, sinon pas le choix : emballage. Faire le lait d’amande soi-même est intéressant niveau ” Zéro Déchets”, mais pas du tout niveau prix …
– Bière : oups … On ne brasse pas encore la bière nous-même 😀
– Le chocolat : on en mange pas énormément. Mais quand on se fait plaisir, une fois de temps en temps, tant pis pour l’emballage … Oups.
– Papier toilette : c’est biodégradable. On n’a pas poussé le Zero Déchet jusque là, mais les toilettes “ZeroDechet” parfaites : un sac en amidon + copeaux de bois + papier toilette = dés que c’est plein, chercher un composteur pour aller les mettre dedans.

Dans les autres pays, on va beaucoup au marché. On aimerait bien commencer à chercher et à acheter seulement aux producteurs locaux (et ces deux choses là, ça existe dans tous les pays). Beaucoup de pays ne sont pas aussi avancés que la France niveau “magasins bio”. On s’adapte donc pendant les voyages, et on fait de grosses réserves de vrac de choses dont on ne peut pas se passer (pâtes à l’épeautre, graines, amandes, etc.)

Belle journée 🙂

Reply
Ton cousin Ted 4 février 2019 at 23 h 50 min

Hello Pierre & Lucile,

Je suis Ted ,Pf me reconnaitra .J’en profite pour vous filer quelques conseils à titre personnel.

Le bicarbonate suffit d’en avoir un peu dans un pot et se saupoudrer les aisselles.C’est le principal produit utilisé dans les déodorants.Les industriels n’inventent rien.
Le siwak et le souak peuvent faire l’affaire pour vous laver les dents c’est totalement écologique et le fluor est naturel.C’est d’ailleurs l’ancêtre du dentifrice et de la brosse à dent.
Avec un savon d’Alep ,vous pouvez tout faire .Pensez y ! C’est l’ancêtre du savon de Marseille .Attention beaucoup de savon de Marseille sont à base d’huile de palme.Et parfois la vaisselle est très grasse car il y a de la glycérine.
Je conseille plutôt le savon d’Alep qui est l’ancêtre du savon de marseille.
Avec , vous pouvez tout faire : les cheveux , le corps mais aussi le rasage de sa barbe .euhhh PF !!

A la maison nous disposons d’un filtre à eau de marque berkey et il va fonctionner pendant 10 ans.Fini les bouteilles plastiques !

En tout cas, superbe expérience.Continuez !

Reply
Des Fenêtres Sur Le Monde 11 janvier 2019 at 20 h 41 min

Très intéressant votre article les copains !
C’est vrai qu’a force de vivre en van, on se rend compte de l’empreinte que nous avons tous sur cette planète et que par des petits gestes tout simples, on peut limiter tout ça !
Nous ne sommes pas totalement Zéro déchets mais on s’améliore un peu chaque jour et comme vous le dites, on commence à se sentir coupables quand on craque… signe que la prise de conscience est là !
Gourdes, sac de course réutilisable, fait maison, produits frais… doucement doucement on réduit nos déchets !
Vous m’avez fait rire avec vos épluchures 😉 Nous depuis que nous sommes dans la Airstream, elles finissent à la ferme du voisin pour les animaux. D’ailleurs on prends nos oeufs là bas.
Par contre niveau kilomètres, je crois que l’on explose tout mais j’aime à croire que l’empreinte écologique du van en lui même est amorti depuis longtemps au vu de son grand âge, même si ça ne compense pas vraiment mais difficile de faire autrement…
Merci de partager vos astuces !

Reply
Le Van Migrateur 14 janvier 2019 at 16 h 34 min

Merci les copains <3

On ne peut pas être parfait, même avec d'énormes efforts, on peut toujours craquer de temps en temps ! 🙂 Mais comme tu dis, comme on culpabilise, c'est qu'on a pris conscience des choses 🙂

Reply
Chrys - waitandsea 10 janvier 2019 at 22 h 01 min

On a les mêmes que vous mais à la maison ! On a aussi la brosse à dent à tête interchangeables et on utilise pas de soupalin >> serviettes en tissus ! Pour le visage c’est aloe Vera et soit hioe de noisette, soit huile de jojoba et quelques huiles essentielles. On fait plus les magasins, cette année on a rien acheté de neuf ! (Sauf quelques trucs pour le camion) On espère encore pouvoir diminuer notre impact en camion mais les distances sont tellement vaste en Amérique du Sud … ! :/ Bravo pour tous vos gestes !

Reply
Le Van Migrateur 14 janvier 2019 at 16 h 34 min

Bravo à vous les copains ! 🙂 Vous êtes une de nos sources d’inspiration pour tous ces petits gestes du quotidien <3

Reply
Léa 8 janvier 2019 at 12 h 24 min

Je suis contente de lire votre article. Je deviens nomade dans quelques mois et j’ai le projet de voyager zéro déchet aussi. Mais sans le van dans un premier temps, juste en sac à dos. Et je bloque sur un truc que vous n’avez pas abordé : les brosses à dents. Je connais les brosses à dents en bois ou à têtes interchangeables, mais c’est loin d’être applicable partout et je n’ai pas vraiment envie de me balader avec un stock de têtes de brosses à dents dans mon sac à dos… Comment faites-vous de votre côté ?

Reply
Le Van Migrateur 8 janvier 2019 at 23 h 18 min

Hello Léa !

Pour les brosses à dents, nous faisons avec les têtes interchangeables … Comme nous changeons de tête deux fois par an, ça permet de ne pas faire un trop gros stock 🙂 On garde les têtes usagées pour les ramener à Biocoop.

Les brosses à dents en bambou ne sont pas quelque chose de très recommandable niveau environnement, malgré tout ce que l’on peut lire … En bois, par contre, je n’en ai jamais entendu parler ! Ça existe ? ça pourrait être l’idéal pour ton cas 🙂

Reply

Laisser un Commentaire