Home Aménager son fourgon Les toilettes en fourgon aménagé

Les toilettes en fourgon aménagé

Écrit par Le Van Migrateur 18 novembre 2020
Les toilettes en fourgon aménagé
13 min de lecture

Les toilettes en fourgon aménagé, c’est un sujet qui peu paraître évident et beaucoup moins mystique quand on vit en fourgon depuis des années comme nous. Mais au départ, c’est vrai que l’idée d’avoir ses toilettes dans la même pièce (si vous n’avez pas la chance d’avoir construit une salle de bain totalement à part) que son amoureux.se, ça a de quoi faire peur. Sachant qu’en appartement ou en maison, faire caca la porte ouverte est parfois quelque chose de rédhibitoire ! Au fond, on s’en fait toute une histoire pour pas grand chose. Si vous ne partez que pour les vacances, vous allez sûrement rechercher la chaleur, alors vous pourrez demander à votre chéri.e de sortir quelques minutes. Si vous vivez en van toute l’année, il y a des chances pour que vous construisiez une pièce dédiée à la salle de bain, vous pourrez donc être un peu séparés et avoir votre intimité. Bref, il existe toujours des solutions, et ce sera à vous de les trouver pour votre confort ! Dans cet article, on va surtout vous parler des types de toilettes qui existent pour que vous puissiez faire votre choix en toute âme et conscience. 

Quel est l’intérêt d’avoir des toilettes en fourgon aménagé?



Cela est vraiment propre à chacun, mais on hésite parfois à installer cet équipement bien plus utile qu’on ne le croit. De manière générale, et sans aucun sexisme (coucou c’est moi Luce qui écrit l’article), ce sont les filles qui vont préférer avoir des toilettes dans un fourgon. Même si c’est pour partir seulement en weekend. Bien-sûr, c’est loin d’être une généralité, mais on n’a pas la chance de pouvoir faire pipi debout en ouvrant juste un bout de braguette ! Non, nous quand on fait pipi il faut sortir tout l’attirail. Alors quand le besoin se fait sentir en bord de route ou par -30 degrés, c’est beaucoup moins drôle.

Et puis, il y a une autre chose pour laquelle les toilettes sont bien pratiques en tant que filles, disons-le clairement : les règles ! Quelque soit la méthode que vous utilisez : serviette, tampon, cup ou linge réutilisable, c’est une petite galère sans toilettes (même si on trouve toujours les solutions pour s’en sortir, on est toutes devenues expertes dans le domaine, non?).

Pour avoir testé avec et sans toilettes, on ne pourrait plus s’en passer, que ce soit pour de petits voyages ou pour vivre dedans. 

On est toujours contents, sur des trajets de 8h, de pouvoir s’arrêter n’importe où pour passer derrière faire pipi. On est aussi bien contents de pouvoir s’arrêter dans des endroits naturels par tous les temps (qu’il vente, qu’il neige ou qu’il pleuve) et de pouvoir faire pipi (ou caca) bien au chaud comme à la maison. Et moi, Luce, je suis bien contente de pouvoir avoir un certain confort une semaine par mois ! Ça rend les choses beaucoup plus gèrables, soyons honnêtes. 

Alors, mettre des toilettes ou non dans son fourgon ? La décision est bien personnelle, mais je vous aurait donné notre avis et notre point de vue ! 

Les différents types de toilettes pour fourgon aménagé



Et là vous faites les grands yeux : quoi ? Il n’existe pas juste les toilettes sèches et les toilettes chimiques ? Et non ! Il existe pleins de toilettes différentes pour les fourgons aménagés ! Et vous risquez d’être surpris ! 

Les toilettes sèches

La base en fourgon aménagé ! Elles consistent à faire ses besoins dans un seau rempli de sciure de bois. Je me souvient encore avoir expliqué ça sur Tik Tok il y a un an et voir tous les jeunes de 13 ans s’affliger de cette « pratique dégoutante » avec des « quoi ? Tu chies dans un seau ? Horrible! ». Depuis, j’ai quitté TikTok, sans prendre la peine d’essayer de leur faire comprendre que chier dans de l’eau potable était sûrement encore plus étrange.

Il y a bien des choses peu ragoûtantes dans le principe des toilettes sèches en fourgon aménagé. Moi qui suis ultra sensible aux odeurs de repas digéré et au fait de savoir tout ça à moins d’1m de moi lorsque je cuisine, j’ai mis beaucoup de temps à m’adapter. Et à trouver des solutions qui permettent de rendre ça plus viable dans un petit espace, qui sont :

  • Le séparateur d’urine. Nous avons essayé le séparateur d’urine, mais avec un équipement très bas de gamme et ça a été un très gros fail pour nous. Nous n’avons pas réussi à combiner les dimensions de notre caisson et des tasseaux qui le traversent avec les dimensions du séparateur d’urine. Au final, ça donnait quelque chose de très peu pratique. La prochaine fois, nous installerons ce système dés le départ, car pour l’avoir testé quelques jours, c’est vrai qu’il est vraiment inodore au niveau des matières solides (par contre, attention au nez quand vous allez vider l’urine dehors …)
  • Les toilettes sèches classiques. La meilleure solution que nous avons pu trouvé pour notre configuration est le kit vendu par Lecopot, avec le seau de 15L (avec bouchon), les jolies lunettes et la bavette. Les kits sont vraiment chers, mais la lunette permet aux odeurs de ne pas passer, et la bavette permet un confort d’utilisation incroyable : plus besoin d’essayer de viser le seau (oui, on parle crument dans cet article). Et puis le seau a une configuration parfaite pour les toilettes sèches, pile à la bonne hauteur pour faire des toilettes confortables sans avoir besoin de faire de bricolage supplémentaire. En plus, il est livré avec un bouchon permettant d’aller jeter les toilettes n’importe où en toute discrétion. Au début, nous avions une lunette de WC classique achetée chez Leroy Merlin avec un seau acheté au même endroit. Mais la contenance du seau était vraiment limite, et la distance entre la lunette et le seau était d’environ 30cm. Loin d’être super confort ! 

Comment on utilise les toilettes sèches ?

Nous n’avons pas la manière la plus écolo d’utiliser nos toilettes sèches. La manière la plus écolo possible de les utiliser, c’est d’aller récupérer de la sciure de bois directement chez un menuisier pour s’en servir (à condition qu’il n’utilise AUCUNE colle et qu’il n’y ai que du bois dans ses restes). Il faudrait ensuite mettre directement la sciure dans le seau, et aller l’enterrer ou la mettre dans un compost public une fois les toilettes pleines. 

Nous n’appliquons malheureusement aucune de ces bonnes pratiques, par faute de temps (et de motivation). Avoir une vie écolo sur tous les plans prend ÉNORMÉMENT de temps, et ce n’est pour le moment pas compatible avec notre rythme de vie. Mais on est à 80% sur tous les plans (cuisine, salle de bain, consommation d’énergie, etc.), c’est déjà bien et on est déjà fiers de ça ! Et si pour vous aussi, une utilisation 50% écolo des toilettes sèches est la seule solution possible, ne culpabilisez pas ! C’est déjà toujours mieux que d’utiliser de l’eau potable. 

Donc, notre manière à nous d’utiliser les toilettes sèches, c’est de mettre un sac plastique au fond du seau, de mettre la sciure et d’utiliser les toilettes avant de les jeter à la poubelle quand elles sont pleines (normalement, c’est interdit, mais on est discrets). Il est possible de remplacer la sciure, si vous n’en trouvez pas, par de la litière pour chat ou par du sable. 

Ensuite, parlons odeur. Il nous a fallu quelques temps pour comprendre comment chasser les odeurs émanant des toilettes sèches. Nous avions opté pour le séparateur d’urine au début de l’aménagement car nous pensions vraiment que les odeurs venaient du mélange. Alors certes, il y a de ça, mais il est également possible de n’avoir aucune odeur avec les toilettes sèches pipi caca mélangé. Pour limiter les odeurs des toilettes sèches, il faut :

  • Ne pas être radin sur les copeaux de bois (qui, soyons clairs, sont la meilleure solution pour chasser les odeurs comparé à la litière ou au sable). En fait, les copeaux de bois vont apporter l’air et l’équilibre nécessaire au processus de compostage ( à condition de prendre des copeaux assez gros, pas trop fins). 
  • Utiliser des copeaux assez épais pour qu’ils ne s’agglomérent pas et absorbent les liquides tout en laissant circuler l’air nécessaire pour le processus de compost des matières solides
  • Avoir un caisson aéré : une erreur qu’on a très longtemps faite… On a souvent essayé de rendre nos toilettes le plus étanche possible pour que les odeurs ne viennent pas dans l’habitacle. Mais grosse erreur : cela les prive de l’air nécessaire pour le compostage ! Si vous voulez donc avoir des toilettes parfaitement inodores, pourquoi pas faire une petite aération dans la paroi du mur ou dans le sol ! 
  • Pour finir, une donnée importante est la matière du seau : évitez à tout prix les matières poreuses comme le plastique et oxydables comme l’aluminium ! Il faut absolument que votre seau soit en inox, et un inox le plus lisse possible. Cela divisera les odeurs par 10, ça a été une révolution de notre côté dé découvrir ça ! 

Les toilettes à compost

Celles-ci, on a louché dessus un moment ! Mais le prix de l’équipement (autour des 300€) au moment où on a voulu se lancer nous a un peu freiné. Bon, au final on a dépensé environ la moitié dans les toilettes sèches de chez Lecopot, mais elles sont plus simples à installer et on en est vraiment satisfaits. D’ailleurs, on a pensé à construire nous-mêmes des toilettes compostables, mais nous avions d’autres priorités pour notre aménagement pour lequel nous avions une date limite. En tout cas, le principe nous a vraiment attiré ! 

Le principe des toilettes compostables est le même principe que les toilettes sèches, mais le processus de compost est un peu plus rapide. Les matières solides et liquides sont séparées. Le processus se fait grâce à l’air (une aération est faite dans la tôle sur le côté ou sur le sol) OU grâce à un filtre à charbon si vous ne souhaitez pas percer la tôle. Le récipient des matières solides, qui sont recouvertes avec du terreau et non avec des copeaux, est aéré soit vers l’extérieur soit vers le filtre à charbon grâce à un ventilateur 12V. Les matières solides deviennent ainsi sèches, inodores et décomposées en seulement quelques jours.

Les toilettes chimiques

Même si on a tendance à se dire que wc chimiques (portables ou pas) sont les moins dégoûtantes, je peux vous garantir que vous ne me verrez jamais aller à l’aire de camping car pour vider le liquide qui contient plusieurs jours de pipi et de caca ! D’ailleurs, dés que je vois quelqu’un approcher avec sa cassette grise, je fuis en courant et j’attends qu’il ou elle ai fini pour revenir. Vous voyez la pire odeur d’égoût que vous n’ayez jamais pu sentir ? C’est l’odeur contenue dans la cassette pleine de produit chimiques qui ont pour objectif de détruire vos matières solides. Et honnêtement, c’est peut être plus facile à vivre à l’intérieur du fourgon, mais le jour de vidage des toilettes serait un vrai calvaire pour moi ! En plus, il suffirait d’être sédentaires à un endroit sans aire de camping-car pour que ces toilettes ne soient pas utilisables.

Bon, vous l’aurez compris, je déteste les toilettes chimiques. En plus d’être peu écolos (malgré les soit-disant produits qu’ils vendent comme « organiques » dans des bouteilles en plastique), elles sont chères et pas forcément moins dégoutantes que les toilettes sèches (auxquelles on s’habitue très vite). D’ailleurs, n’hésitez pas à me dire en commentaire si je me trompe sur les produits de décomposition des matières solides. Il en existe peut-être de vrais écolos, mais j’avoue ne jamais m’être penché sur la question. Nous incitons nos accompagnés Vansity et nos lecteurs à installer des toilettes sèches simples, qui sont selon nous la solution idéale. 

Les toilettes à incinération

Alors là, on en parlera plutôt pour votre culture G ! Les toilettes à combustion sont très peu appropriées pour un fourgon à cause de leur gourmandise en énergie, mais impossible que vous repartiez de cet article sans connaître ces toilettes ! D’ailleurs, elles peuvent être installées en maison ou en Tiny, donc pourquoi pas les garder dans un coin de votre tête. Elles coûtent aux alentours de 5000€ (AÏE). Elles utilisent le concept de l’incinération à 550°C pour brûler les matières solides aussitôt arrivées dans les toilettes et les réduire à un tas de cendre. Je suis loin d’être sûre que ce soit la méthode la plus écologique, entre le papier qu’il faut utiliser pour accueillir les matières solides et l’énergie qu’il faut pour les détruire … C’est sûr que, par contre, niveau odeurs on est au top du top niveau confort ! 

Vous aimerez aussi

Laisser un Commentaire