Home Vanlife : mode d'emploi Les faces cachées de la vie en van

Les faces cachées de la vie en van

Écrit par Le Van Migrateur 1 novembre 2018
Trouver de l'eau pour son fourgon
7 min de lecture

La vie de van ne se résume pas à des magnifiques couchers de soleil, de jolis emplacements de camping et des photos de paysages. Eh oui ce n’est pas tout à fait ça tous les jours, malheureusement… C’est même plutôt très fatiguant, et éprouvant moralement parlant. Aujourd’hui dans cet article, nous allons évoquer des vérités sur la vie de van que vous ne verrez probablement pas sur nos chers réseaux sociaux. Il ne s’agit pas de pousser un coup de gueule, mais d’ouvrir les yeux et les consciences sur certaines réalités que l’on rencontre sur la route, quand on vit en van. Si vous envisagez d’abandonner votre nid douillet pour une maison sur roue, lisez ceci, histoire d’être averti ! 

Avant de partir en van, il faut dire stop au matérialisme

Notre transition vers une vie définitive en van nous a poussés à effectuer un énorme tri. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce fut plutôt intense et pas toujours simple. En moins d’un mois, nous avions vendu ou donné la plupart de nos vêtements à nos proches. Pour nous, ça voulait déjà dire beaucoup, surtout de la part d’aficionados de fringues comme nous! Ensuite nous nous étions également séparés de presque tous bibelots et souvenirs que nous avions gardés pendant des années. Pour Luce cela fut un crève-cœur pour certains objets. Cependant, durant ce tri on a quand même gardé la voiture, c’est la dernière pièce de notre ancienne vie. Et en y réfléchissant, on se rend compte qu’elle nous sert quand on retrouve notre ancien environnement, pour aller voir les potes et la famille. Au final, ce processus, pour devenir minimaliste nous a rendu plus léger, plus libre, mais il faut savoir qu’il est difficile de passer du tout confort à un confort rudimentaire en peu de temps. Passer de 50m2 à 6m2, une sacrée expérience !

Vivre en van, une approche de l’hygiène différente

Bien que nous soyons fans des longues douches et de bons bains remplis de savon nous devons admettre que la moitié du temps, nous sommes un peu moins soignés qu’auparavant ! Si vous êtes le genre de personne qui doit se doucher deux fois par jour et doit absolument laver ses mains à chaque fois qu’elle fait pipi, ce n’est peut-être pas le genre de vie pour vous. Par exemple, je sais que durant l’hiver, ce rythme de vie avec une salle de bains rudimentaire me tape parfois sur les nerfs. Vivre en van n’est pas super pour l’égo parfois … Mais mine de rien, on s’y fait très très vite ! Et le plaisir de retrouver une vraie bonne douche plus tard n’est que décuplé !

Chaque jour, il faut de l’électricité, de l’eau, du gaz et de la nourriture.

Trouver de l'eau pour son fourgon

Tout le monde en a besoin tous les jours. Certains fourgons ont l’électricité, le chauffage, un réfrigérateur, des plaques de cuisson, des réservoirs d’eau et même des fours! Pour notre cas, nous sommes bien lotis, quand tout fonctionne (cuves d’eau remplies, gaz OK, etc.)… Mais pour les personnes ayant des installations basiques, il est nécessaire d’avoir une glacière, des bidons pour l’eau et un moyen pour recharger les appareils électroniques. Ces besoins quotidiens, il ne faut pas les négliger, car parfois, ils peuvent modifier les plans de voyage, et même devenir des contraintes. Pour nous, ces fameux besoins sont souvent source de prises de bec (même si cela fini toujours bien)… Eh, oui, en van, on ne dispose pas de l’équipement d’une habitation classique, le charme du voyage est bien là ! Il faut toujours faire attention à ses ressources, et tout prend beaucoup plus de temps à faire.

Trouver un spot gratuit de qualité n’est pas aussi simple qu’il y paraît

Trouver un spot pour dormir en van

N’ayons pas honte de le dire, dormir sur des parkings ou dans des aires de camping-cars sans charmes, nous l’avons connu. Lorsque nous avions commencé l’aventure de la vie en van, nous pensions pouvoir trouver des routes et des parcs de stationnement calmes et magnifiques en pleine nature, mais la réalité est que la plupart des endroits cool ont la moitié du temps des panneaux qui ne permettent pas le stationnement de nuit (vive la France !). Et quand ce n’est pas la signalisation qui nous joue des tours, soit les spots ne sont pas au niveau espéré ou ils ne sont pas sécurisé (c’est quand même le cas le plus rare). Mais pas d’inquiétude, nous avons de très bons souvenirs du camping sauvage dans de superbes spots. Malheureusement, ils sont l’exception plutôt que la norme (sauf en Norvège et en Croatie, où chaque spot a été exceptionnel)

Le mal du pays est réel

Bien que voyager soit un excellent moyen de développer son bonheur et son bien-être intérieur, vous allez sûrement rater des événements de la vie et de votre entourage. Bien que nous ayons rencontré une tonne de personnes vraiment intéressantes, la plupart du temps, les interactions sont éphémères sur la route. Et cela donne le sentiment de ne pas avoir une réelle communauté ou de faire partie d’une “bande”. Parfois, on peut donc connaître ce sentiment qu’on appelle le mal du pays. Il passe généralement assez vite, mais on est surpris quand il est là, il peut aller jusqu’à rendre mélancolique. Au final, on est libre, on voyage, mais à des moments il y a un manque de repère qui pousse la plupart des voyageurs à se poser quelque part plusieurs jours-semaines-mois. 

Tout homme est tiraillé entre deux besoins, le besoin de la Pirogue,
c’est-à-dire du voyage, de l’arrachement à soi-même, et le besoin de l’Arbre,
c’est à dire de l’enracinement, de l’identité,
et les hommes errent constamment entre ces deux besoins en cédant tantôt à l’un, tantôt à l’autre ;
jusqu’au jour où ils comprennent que c’est avec l’Arbre qu’on fabrique la Pirogue.

Des moments de doute peuvent arriver

Vivre en van

Problèmes de véhicule, mauvais temps, absence de plan, santé défaillante, organisation foireuse… Il y a de multiples raisons susceptibles de créer du doute. Il y a eu quelques moments où nous avons voulu jeter l’éponge et retourner à une vie normale, mais nous avons toujours roulé ensemble et heureusement, car on aurait loupé trop de choses. Les soucis financiers ont tendance à être les pires. Il faut se tenir prêt pour les combattre, nous les problèmes nécessitant de l’argent ont connaît et l’esprit d’équipe est le meilleur des remèdes face à eux. On a eu certes, des cris, des pleurs, mais après un bon plat, un petit verre ou une petite randonnée on a goûté aussi au bonheur.

Notre maison est aussi notre véhicule

Et lors d’une panne, ça peut vite devenir problématique … Souvent, l’assurance prendra en charge quelques jours de logement, avec un taxi pour vous mener du garage au logement, mais c’est à durée limitée. Une panne de plus de 5 jours, et on se retrouve très vite en panique ! Si le van est notre petite maison à l’année, il faut vite trouver une solution de secours : airbnb, famille, proches, etc. Si notre petit van ne sert que pour les vacances, c’est alors possible de se faire littéralement gâcher ces dernières par une panne … La solution : allez toujours dans des garages de marque (c’est plus cher mais plus sûr), entretenez votre véhicule comme il est écrit dans le guide et surtout, vérifiez bien les niveaux ! Mieux vaut prévenir que guérir (#paroledesage).

Même si la vie en van nous cause parfois des petits tracas, elle offre aussi de bonnes choses. Cette expérience de vie nous apprend à être débrouillards, à relativiser et à expérimenter. De plus, grâce à elle, nous disposons d’une liberté totale et vivons des journées uniques. Mais comme tout style de vie, la van life n’est pas toujours idyllique, elle est faite de haut et de bas et ne ressemble pas toujours à ce que l’on voit sur les réseaux sociaux.

 

Et vous, quels sont vos pires moments en van ?

Vous aimerez aussi

5 commentaires

Jean 3 octobre 2019 at 9 h 29 min

toujours aussi agréable à lire, et votre expérience sonne vraie, avec le positif et le négatif …c’est ça la vie, continuez à en profiter et merci pour vos partages 🙂
une petite remarque sur les ennuis mécaniques, si le budget le permet il faut regarder le tarif des véhicules neufs de marques françaises chez les mandataires. Les remises dépassent parfois les 40% , fiabilité en hausse et entretien en baisse!
un très bon comparateur sur internet pour se faire une idée > kidioui

Reply
Le Van Migrateur 7 octobre 2019 at 17 h 39 min

Merci pour l’astuce Jean ! 🙂
De notre côté, on évite le neuf à tout prix, pour l’électronique et l’AdBlue. On a été élevé dans l’ambiance 4×4, baroudeurs McGyver et mécanos, alors le neuf, ça a toujours été quelque chose de critiqué par chez nous … On a donc été pas mal influencés et on est à fond sur l’occasion et le mécanique !! Ahah. Bon, je dis ça mais … Il y a encore trop d’électronique pour nous dans notre Caliméro :p

Reply
Bleck 25 juin 2019 at 12 h 26 min

Bonjour, je suis sur votre blog depuis plus de 2 heures, que du plaisir.
Deux mots tout d’abord et ils méritent une majuscule, Bravo et Merci. Je suis un homme de 63 ans, nous vivons avec la femme que j’aime dans une endroit de rêve et très confortable, le résultat d’un choix de vie. Maintenant j’ai certaine envie de nomadisme, je n’en suis aujourd’hui qu’à parcourir les forums, chaines ioutubes et autres forums et je réfléchis…
Les billets que j’ai lus avec grand plaisir et attention me ravissent par votre goût de la vérité et du bon sens. Je vous souhaite le meilleur à l’un comme à l’autre, gardez cette authenticité et cette fraîcheur qui vous caractérise. Vous êtes de belles personnes.

Bleck

Reply
Le Van Migrateur 25 juin 2019 at 12 h 29 min

Bonjour Bleck,

Ton message nous fait vraiment, vraiment plaisir. Rare sont ceux qui prennent la peine d’un petit commentaire pour de simples remerciements, et nous en sommes vraiment touchés.

On vous souhaite tout plein de bonheur à vous deux, et bravo pour ce choix de vie !

Reply
AuroreVoyage 2 novembre 2018 at 11 h 23 min

Je n’ai jamais tenté al vie en van même pour les vacances et clairement je vous admire. J’aime voyager mais en van ça ne pourrait être que pour une durée limitée, c’est terriblement contraignant, rien que pour se laver ou trouver une place gratuite ou garer son véhicule. Mais j’aime bcp votre philosophie. De toute façon, aucun choix de vie n’a que des avantages, il faut juste tirer partie du meilleur.
Belle journée à vous 🙂

Reply

Laisser un Commentaire