Home Aménager son fourgon Ponts thermiques du fourgon : comment les éviter?

Ponts thermiques du fourgon : comment les éviter?

Écrit par Le Van Migrateur 26 octobre 2020
Comment éviter les ponts thermiques ?
5 min de lecture

Les ponts thermiques du fourgon … Si vous vous intéressez un peu à l’isolation du fourgon aménagé, vous avez forcément déjà entendu ce mot. Et vous savez sûrement que le pont thermique, c’est le cauchemar de tous les vanlifers. Et si vous ne le saviez pas, notez le en gras partout sur vos murs ! Dans cet article, on vous explique comment éviter les ponts thermiques.

Qu’est-ce qu’un pont thermique?



Dans un van (et partout ailleurs), un pont thermique est créé lorsque des matériaux à faibles caractéristiques d’isolation thermique entrent en contact les uns avec les autres et créent un entonnoir de flux de chaleur sans obstruction. Okkkk, on recommence. En clair, le pont thermique, c’est l’endroit où l’air chaud de l’intérieur du fourgon tente de s’échapper vers l’extérieur. Et s’il s’échappe, c’est qu’il n’est pas à l’intérieur, et donc que… Vous avez froid !

Vous suivez toujours?

En fait, un pont thermique est une zone qui a une conductivité thermique supérieure à celle des matériaux qui l’entourent, ce qui permet à la chaleur de passer. Imaginez donc la tôle de votre fourgon comme une passoire et la chaleur de l’intérieur comme de l’eau.

Dans un camion, les zones de perte de quantité de chaleur sont principalement situées sur le sol, longerons, structures. En gros, sur toute la tôle qui reste apparente après avoir fait le plus gros de l’isolation. Sans oublier les ouvertures! Bien-sûr, si vous n’isolez pas votre fourgon, ce dernier sera à lui tout seul un pont thermique, de tous les côtés !

Pont_thermique_classique-2

Quels sont les risques si on multiplie les ponts thermiques?



Une efficacité réduite de l’isolation

Généralement, une isolation est conçue pour fonctionner toute l’année. Ce n’est donc pas seulement la perte de chaleur pendant l’hiver qui nous préoccupe. Les ponts thermiques peuvent en fait entraîner une augmentation de la chaleur pendant les mois les plus chauds de l’année, ce qui peut entraîner une surchauffe de l’espace intérieur. Ce qui n’est pas toujours cool en van, surtout en été quand on manque d’ombre … Croyez-nous, c’est du vécu ! On était bien contents d’avoir une super isolation pour la canicule, mais on avait testé le multicouche (avec respect des lames d’air) posé à certains endroits seulement dans les mêmes conditions il y a 4 ans et on vous garanti que ça n’a RIEN à voir !

Une augmentation des dépenses énergétiques

Et oui, plus il y aura de ponts thermiques dans le van, plus vous dépenserez plus d’argent pour maintenir la température de l’air intérieur à un niveau constant et confortable. De l’argent car vous allez devoir mettre plus de chauffage, plus longtemps ! L’isolation est un investissement, elle doit donc être conçue, planifiée et installée correctement pour ne pas balancer tout votre argent dans le gaz ou le diesel pour nourrir vos petits chauffages !

Un risque accru de condensation, de moisissure et de pourriture

Les ponts thermiques peuvent augmenter le risque de condensation sur les surfaces internes et même provoquer une condensation à l’intérieur des murs et d’autres éléments du fourgon. La condensation peut être dangereuse car elle ne peut être vue ni de l’intérieur ni de l’extérieur du véhicule … Comme vous le savez déjà (ou pas, perso je ne le savais pas avant de faire des recherches là-dessus), la condensation se forme lorsque la température intérieure du fourgon (qui est chaude) entre en contact avec les parois froides (coucou les ponts thermiques). Du coup, la température intérieure descend en-dessous de son point de rosée. Du coup, l’humidité de l’air chaud se condense en gouttelettes d’eau sur les surfaces plus froides. Au fil du temps, elle peut se transformer en moisissure et pourriture. Et ce serait dommage pour votre joli aménagement (et vos poumons), non?

Comment lutter contre les ponts thermiques?



Il n’y a qu’une façon : en ayant le moins de tôle possible qui n’est pas isolée ! Il existe de nombreux bons isolants thermiques (avec une bonne résistance thermique, entre autres).

Par exemple, une isolation à l’Armaflex ou au liège projeté permettra de recouvrir toute la tôle du fourgon et donc de minimiser le risque de pont thermique. Une isolation à la laine en remplissant les renforts de laine en vrac également. Cela permet donc de les isoler, et ces ponts thermiques disparaissent ! Il n’y a pas de meilleur isolant pour faire ça, juste des bonnes manières d’utiliser celui que vous choisirez !


Des études commencent à montrer le bout de leur nez depuis quelques temps, indiquant que les renforts sont conçus, dans la majorité des modèles de fourgons, comme des gouttières pour laisser s’écouler l’humidité jusqu’aux trous du sol, conçus pour l’évacuer vers l’extérieur. Avant de bourrer vos renforts, nous vous conseillons vivement de vérifier que c’est le cas dans votre fourgon. Dans ce cas, nous vous conseillons de laisser les renforts creux et de les recouvrir plutôt que de les remplir ! Cela peut être fait avec du liège ou de l’Armaflex.

Il est également possible de fixer des montants en bois sur les structures métalliques. Rien ne remplacera une bonne isolation, mais cette technique peut grandement améliorer la situation ! Vous pouvez utiliser de minces pièces de contreplaqué en 5mm par exemple pour recouvrir toutes les poutres métalliques du van et arrêter l’effet de pont thermique. L’avantage supplémentaire de cette technique : c’est que cela peut servir de sous-plafond. En clair, cela peut servir de point d’ancrage pour les panneaux bois ou le lambris du plafond du fourgon. Mais bon, pourquoi ne pas faire isolation + sous-plafond ? Le confort d’été ne s’en trouvera que mille fois amélioré !

Vous aimerez aussi

6 commentaires

Laetitia 19 juin 2022 at 19 h 33 min

Bonjour
Malgré lecture du Ebook et du site internet en long et en travers je n’arrive toujours pas à comprendre l’isolation 😫
Nous partons sur de l’Armaflex. On a bien compris qu’il faut d’abord isoler les parois puis les renforts vu que l’épaisseur n’est pas la même. Mais à quel moment mettre les tasseaux pour l’habillage ? Armaflex sur les renforts puis tasseaux ? Pas d’armaflex ?
Pour le sol et le plafond on a vu qu’il faut d’abord mettre les tasseaux puis l’armaflex entre ? Mais du coup pas d’isolation là où se trouvent les tasseaux ?
Merci d’avance 🙂

Reply
Pierre-François Lecardez 30 juin 2022 at 11 h 49 min

Salut Laëtitia, soit tu mets tes tasseaux sur l’Armaflex ou même si tu ne veux pas en mettre, tu pourra fixer ton habillage directement dans les renforts du van. Pour le sol et le plafond, tu peux mettre des bandes d’Armaflex Tape sous tes tasseaux avant de les fixer (en contact avec la tôle) si tu le souhaites. Bonne journée 🙂

Reply
Courneil 28 février 2022 at 17 h 14 min

Bonjour,
Merci pour toutes les informations que vous donnez, elles sont précieuses à l’heure d’aménager son fourgon. Nous avons le même modèle que Kirikou et j’auais voulu savoir combien de kg laine de mouton en vrac a été nécessaire pour les renfort et les bas de caisse ?
Merci d’avance pour votre réponse 🙂
Célia

Reply
Pierre-François Lecardez 1 mars 2022 at 10 h 11 min

Salut Célia, merci pour ton message et ton soutien 🙂
Concernant la laine, en un demi sac de 8,5 kg nous avait suffit.
Belle journée 🙂

Reply
laurent baron 6 février 2021 at 17 h 58 min

bonjour merci pour vos conseils je vais isoler a l armaflex mon camion faut t il isoler jusqu a la base de la tole et peut on mettre les tassaux sur l isolant merci pour votre reponse Loran

Reply
Le Van Migrateur 11 février 2021 at 11 h 20 min

Hello Laurent, merci pour ton mot. Oui, tu peux mettre des tasseaux sur l’isolant et il vaut bien recouvrir toute la tôle. Voici un article qui pourra t’aider : https://levanmigrateur.com/tout-savoir-sur-larmaflex-en-fourgon/

Reply

Laisser un Commentaire